Plan d’évacuation pour des habitants de Flandre orientale

Des milliers d’habitants des communes de Melle, Merelbeke et Gentbrugge en Flandre orientale ont reçu une lettre qui les prévient d’une possible nécessité d’évacuation vers la fin du mois de septembre. En cause, des travaux qui seront effectués à un atelier de la SNCB. Or, sur ce site il reste encore de nombreuses bombes des deux guerres mondiales.

Vers la fin du mois de septembre, la Société nationale des chemins de fer belges entamera de gros travaux d’assainissement du sol de l’ancien atelier central de réparation de la SNCB, situé à la limite entre les communes de Melle, Merelbeke et Gentbrugge en Flandre orientale. Cet atelier a été lourdement bombardé au cours des deux guerres mondiales, et il subsiste donc un risque que des bombes se trouvent encore dans le sol.

Par mesure de précaution, la SNCB a fait effectuer une analyse du sol. Il n’a pas indiqué la présence de bombes dans la terre, mais le scanner peut être trompeur parce qu’il y a d’autres métaux dans le sol. Les trois communes prévoient donc d’effectuer des évacuations, si cela s’avérait nécessaire.

En avril dernier, près de 3.000 habitants ont dû être évacués à Melle, après qu’une bombe provenant d’un avion de la Seconde Guerre mondiale ait été trouvée. Et en novembre 2014, un millier d’habitants ont dû quitter leurs maisons pendant le démantèlement d’une bombe datant de la Première Guerre mondiale.

A la veille de Noël 2013, un millier d’habitants de Melle et Gentbrugge avaient déjà été évacués à la suite de la découverte d’une grosse bombe d’avion de combat.