"Traquer les gros fraudeurs avec un super-service"

Interviewé dans l’émission "De vrije markt" de la VRT, Frank Philipsen (photo principale), le patron de l’Inspection spéciale des impôts (ISI), a plaidé en faveur de la création d’un grand service de coordination de la lutte contre les gros fraudeurs et la criminalité organisée. Il permettrait de mieux combattre de front la fraude fiscale, sociale et économique. Le Secrétaire d’Etat chargé de la Lutte contre la fraude sociale, Bart Tommelein (Open VLD), se montre enthousiaste.

"La Belgique a besoin d’un super-service de lutte contre la fraude, qui puisse traquer la fraude à grande échelle et la criminalité organisée", estime Frank Philipsen, patron de l’Inspection spéciale des impôts.

A l’heure actuelle, la lutte contre la fraude est répartie entre plusieurs administrations. Ainsi, l’Inspection spéciale des impôts se charge uniquement de la fraude fiscale, et pas de la fraude sociale ni économique. Mais pour parvenir réellement à lutter efficacement contre la fraude à grande échelle, il faudrait que la lutte contre ces divers types de fraude soit coordonnée et rassemblée sous un même service.

Philipsen souligne que les gros dossiers de fraude contiennent souvent un mélange de fraudes fiscale, sociale et économique. Il faut donc qu’un seul super-service les attaque de front.

Tommelein : "Une bonne collaboration vaut la peine"

Le Secrétaire d’Etat chargé de la Lutte contre la fraude sociale, Bart Tommelein (Open VLD, photo), réagissait à l’interview dans l’émission "De vrije markt" (VRT) avec le Tweet suivant : "Une bonne collaboration entre les services d’inspection vaut la peine. Je suis d’accord sur ce point avec le patron de l’ISI. Il faut le faire !".

"Je n’exclus donc certainement pas la création d’un tel super-service, j’y suis ouvert", déclarait Tommelein à la VRT. "Mais dans l’attente d’une telle création et avant de réclamer de nouvelles structures, les divers services peuvent déjà collaborer de façon plus efficace".

Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), estime pour sa part qu’il s’agit d’une "proposition valable", mais il ajoute immédiatement que le rassemblement des divers services de lutte contre la fraude n’est pas à l’ordre du jour parce qu’il n’est pas mentionné dans l’accord de gouvernement.

Jonas Roosens