Les magasins de la Côte vont faire la chasse aux "Tarzans"

Huit commerçants sur dix établis à la Côte n’apprécient pas la présence d’hommes au torse nu dans leur magasin, ceux-ci auraient un effet négatif sur leur image. "Est-ce qu’ils oseraient se balader dans cette tenue dans leur ville d’origine ?" se demandent ces commerçants.

Ceux qu’on appelle les "Tarzans" portent atteinte à l’image des commerces du littoral. Ces "Tarzans" sont des touristes mâles revêtus d’un simple slip de bain lorsqu’ils se trouvent en terrasse d’un café ou d’un restaurant ou même lorsqu’ils font du shopping. 

"Je n’apprécie pas que des hommes à moitié nus se faufilent entre les vêtements que je vends. Cela détériore l’image de mon magasin et de ma ville" a déclaré une commerçante de la Panne au quotidien Het Nieuwsblad.

L’été dernier à Ostende, des jobistes étudiants ont été engagés pour rappeler à l’ordre certains touristes sur leur tenue vestimentaire.

"Lorsque vous vous adressez à ces personnes cela fonctionne bien" a déclaré l’échevine d’Ostende Martine Lesaffre (Open VLD) à Radio 2 West Vlaanderen. "Ils n’y pensent pas, ils viennent à la Côte et font ce que bon leur semble. Mais pour améliorer l’image d’une cité balnéaire, il nous faut des gens habillés".

D’après le règlement de police, le maillot de bain n’est autorisé que sur la plage et sur la digue, mais personne n’effectue de contrôles.

Pourtant d’après une enquête de l’organisation des indépendants Unizo, pour 8 commerçants sur dix, c’est quelque chose de dérangeant.

De son côté le bourgmestre de Blankenberge pense que toutes les communes du littoral devraient se mettre d’accord pour installer des panneaux pour indiquer aux touristes quand ils doivent porter un tee-shirt.