Le Léopold I contre les passeurs en Méditerranée

Le conseil des ministres a donné son feu vert, lundi soir, à la participation de la frégate belge polyvalente Léopold I (photo principale), dès début octobre et pendant six semaines, à l’opération navale européenne en mer Méditerranée contre les passeurs de migrants. Le Léopold I est l’un des deux navires de cette classe en service dans la Marine.
BELGA/DOPPAGNE

Sur proposition du ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA), le Conseil des ministres avait marqué son accord vendredi déjà sur l'engagement opérationnel de la frégate Léopold I - l'un des fleurons de la Marine belge -, avec un équipage d'environ 175 militaires, entre début octobre et fin décembre. Mais cette décision n'a pas été rendue publique par le gouvernement que lundi soir.

Cette mission se déroulera d'abord en Méditerranée durant six semaines et sera suivie vraisemblablement par un déploiement dans le Golfe persique comme navire d'escorte du porte-avions français Charles de Gaulle, selon des sources informées.

L'Union européenne a approuvé lundi le recours à la force militaire contre les passeurs de migrants qui opèrent à partir de Libye et sont responsables de la mort de centaines de personnes, y compris en saisissant leurs bateaux, dans le cadre d'un renforcement de son opération navale en Méditerranée, baptisée EU Navfor Med et lancée fin juin en Méditerranée. Le passage à la phase deux devrait être effectif début octobre.

D’après la Défense, la frégate participera dans un premier temps à l'exécution de la phase 1 de l'opération, à savoir l'identification des réseaux et routes des trafiquants d'êtres humains en Méditerranée et l'échange d'informations entre les pays partenaires participants.

Double mission

Mais le Léopold 1 devrait ensuite se joindre à la "phase 2A" d'EU Navfor Med, qui permettra l'arraisonnement et la saisie des "embarcations soupçonnées de servir à la traite humaine, dans le cadre du droit international", mais uniquement dans les eaux internationales, à plus de douze miles marins des côtes libyennes.

Durant cette période de six semaines en Méditerranée, le 'Leopold 1' participera aussi, simultanément, à l'opération "Active Endeavour" de l'Otan, lancée au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis et qui vise à "détecter" et "décourager" les activités terroristes sur le flanc sud de l'Alliance atlantique.

La frégate devrait ensuite participer à partir de la mi-novembre ", durant environ quatre semaines, à la Task Force internationale" (qui croise dans le Golfe persique). Selon des sources informées, le navire aura un rôle d'escorte du porte-avions nucléaire français 'Charles de Gaulle'.

Ce bâtiment pourrait en effet effectuer un nouveau déploiement avec des chasseurs-bombardiers Rafale qui bombarderaient des objectifs de l'Etat islamique (EI) en Irak, après celui réalisé entre février et avril derniers. Mais Paris n'a pas encore annoncé l'envoi de son porte-avions dans le Golfe, ni répondu formellement à l'offre belge, selon des sources concordantes.