Procès Aquino : la défense dépose une requête en récusation

Les avocats de Silvia Liskova, la veuve de Silvio Aquino assassiné le 27 août à Opglabbeek, ont déposé une requête en récusation du tribunal, mettant temporairement à l’arrêt le méga-procès pour trafic de drogue devant le tribunal correctionnel de Hasselt. Ils accusent le juge et deux assesseurs de partialité à cause du refus d’un report qui devait permettre à la veuve d’Aquino de suivre les débats. Celle-ci n’est actuellement pas en état de suivre les débats.

Maître Nathalie Buisseret avait réclamé la semaine dernière déjà un report d'audience afin que la veuve de Silvio Aquino puisse y assister. Mais le tribunal a refusé. L'avocate estime donc que Silvia Liskova ne possède aucune garantie que l'affaire soit jugée de manière impartiale.

Elle a été témoin de l'agression mortelle de son mari - tué par une balle dans la tête le 27 août sur un terrain industriel à Opglabbeek dans le Limbourg -, a elle-même été sévèrement battue par les agresseurs et a échappé de peu à la mort. L’épouse de l’homme (photo) qui devait comparaître avec ses deux frères et une trentaine de co-inculpés dans le procès de trafic de stupéfiants - souffre actuellement d'un stress post-traumatique important.

L'avocate fait aussi valoir que le ministère public a rajouté plus de 1.350 nouvelles pages au dossier le 7 septembre dernier. Elle estime que l’enquête pour la vérité est boycottée de façon inacceptable. "La pression exercée par le ministère public est indigne d’un état de droit et a conduit au fait que le tribunal ne peut plus juger de façon indépendante et impartiale". D’où l’introduction d’une requête en récusation.

Plusieurs avocats n'étaient pas au courant ce mardi du dépôt de cette requête en récusation et sont arrivés pour l'audience en compagnie de leurs clients. Maître Jef Vermassen aurait dû entamer ce mardi sa plaidoirie de défense de Raf Aquino.

Les juges peuvent désormais se récuser eux-mêmes ou en laisser la décision à la cour d'appel. Les avocats présents ont déclaré que les trois juges avaient 48 heures pour faire connaître leur décision. S'ils se récusent et que d'autres juges sont désignés, le procès devra reprendre du début.