Les taxis belges et européens manifestent à Bruxelles contre Uber

La circulation a été perturbée ce mercredi à plusieurs endroits dans la capitale. Des centaines de taxis se sont rassemblés à la gare du Nord, lieu de départ de la manifestation contre le service de covoiturage Uber. Ils ont ensuite rejoint le rond-point Schuman pour interpeller la Commission européenne. Une délégation a été reçue par les cabinets du ministre des Finances Johan Van Overtveldt et du Secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale.

Les taxis ont quitté le boulevard du Roi Albert II vers 09H30 pour se diriger vers la petite ceinture de Bruxelles et rejoindre ensuite le rond-point Schuman, via la rue Belliard

Vers 16h cet après-midi, les policiers ont fait libérer la petite ceinture de Bruxelles. Les organisateurs ont encouragé les chauffeurs de taxis à obtempérer pour calmer la situation. Quelques altercations entre policiers et chauffeurs de taxis ont été signalées.

"Des promesses peu concrètes"

Lors de la réunion avec les représentants des cabinets du ministre des Finances Johan Van Overtveldt et du Secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, une rencontre a été planifiée entre Bart Tommelein en personne et la délégation des chauffeurs de taxis. Les manifestants insatisfaits par le contenu des négociations ont refusé de débloquer la circulation.

"Le gouvernement nous promet de faire des contrôles du système Uber au niveau national", rapporte Khalid Ed-Denguir président de la Fédération belge des Taxis (FeBeT). "Il dit attendre des nouvelles des Pays-Bas, avec lesquels il collabore sur ce dossier. Il promet que des réunions avec le secteur des taxis seront organisées prochainement. Mais, ce sont toujours les mêmes promesses et cela fait un an et demi que ça dure. En attendant, les chauffeurs Uber travaillent toujours et la stratégie d'Uber est justement de gagner du temps pour rallier l'opinion publique".

Il ajoute, par rapport à la réunion tenue plus tôt au cabinet de la commissaire européenne à l'Emploi, aux affaires sociales et à la mobilité Marianne Thyssen, qu'"il nous a été promis que des études seront menées, en collaboration avec les partenaires sociaux, sur le système Uber par rapport au modèle social européen. Les manifestants jugent aussi ces promesses peu concrètes".

Altercations avec la police

Une première altercation entre des policiers et la délégation française a eu lieu sur la petite ceinture à hauteur de l'ambassade américaine peu après l'arrivée des premiers taxis au bas de la rue Froissart et de la délégation au rond-point Schuman.

Ceux stationnés sur le ring ont finalement été repoussés peu avant 16h sur la rue Belliard, qui est paralysée par les taxis. A côté des légères altercations avec les policiers, quelques taxis qui travaillaient normalement ont été visés: des oeufs ont été lancés sur leurs véhicules et une vitre a été brisée.

Les organisateurs avancent que 1.200 taxis ont participé à la manifestation. Ils expliquent la différence avec l'estimation de la police qui s'élève à 400 taxis par la multiplication des barrages dans la ville en marge du cortège principal parti de la Gare du Nord.