Le ton monte entre le MR et Homans

Olivier Chastel, le président du Mouvement Réformateur (MR), a regretté ce qu'il a appelé "l’acharnement de la ministre Liesbeth Homans (N-VA)". Cette dernière a nommé hier un échevin indépendant, Yves Ghequiere, comme bourgmestre de la commune à facilités de Linkebeek (Brabant flamand), en lieu et place du bourgmestre faisant fonction, Damien Thiéry (MR).
Nicolas Lambert

Après les élections communales de 2012, Damien Thiéry avait été proposé deux fois comme bourgmestre mais s’était chaque fois heurté à un "niet" catégorique des autorités flamandes qui l'accusaient d'avoir violé la loi linguistique.

"Je regrette l'acharnement de la ministre Homans dans ce dossier", a indiqué le président du MR, Olivier Chastel, dans un communiqué. "Il s'agit malheureusement d'une énième péripétie dans ce dossier, certainement pas de son épilogue", a ajouté Olivier Chastel.

Il a déploré que Mme Homans (photo) suive les traces de ses prédécesseurs au gouvernement flamand. "Ils ont systématiquement refusé de nommer Damien Thiéry comme bourgmestre de Linkebeek et ce, malgré le soutien massif de la population lors des élections communales", a noté le président des libéraux francophones.

Selon Olivier Chastel, "cette décision intervient alors que rien ne peut être reproché aux autorités linkebeekoises dans la gestion de la commune", tandis que les autorités flamandes l'accusent d'avoir violé la législation linguistique en envoyant des convocations électorales en français lors du scrutin communal de 2012, comme la commune l'avait déjà fait en 2006.

Le président du MR, formation en coalition avec la N-VA à l'échelon fédéral, a enfin assuré que son parti "soutiendra Damien Thiéry et la majorité linkebeekoise dans leur combat pour faire respecter le choix démocratique et ce dans toutes les démarches juridiques qu'ils jugeront utiles d'entreprendre".

De son côté Damien Thiéry a parlé d’une "agression de Liesbeth Homans".