La Flandre opte pour l’équilibre entre les économies et les investissements

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a prononcé ce lundi sa "Déclaration de septembre" devant le Parlement flamand. Ce discours de politique générale marque traditionnellement le début de l’année parlementaire en Flandre. Geert Bourgeois a déclaré qu’il optait pour un équilibre entre les économies à réaliser et les investissements à consentir.

Dans sa deuxième déclaration de septembre, Geert Bourgeois a esquissé la position de la Flandre dans un monde en plein changement. "La Flandre ne veut pas se limiter à subir ces changements", a déclaré Geert Bourgeois. Nous voulons apporter notre contribution au progrès de la planète".

"Nous avons opté pour l’équilibre" a-t-il ajouté, "l’équilibre entre l’assainissement des finances publiques et les investissements dans notre tissu social et économique".

Les économies se feront d’abord sur le fonctionnement de nos institutions. "D’ici 2019, l’administration flamande comptera 4.000 fonctionnaires en moins par rapport à il y a dix ans".

Grâce à ces économies, des investissements pourront être réalisés. Par exemple dans la construction de bâtiments scolaires (100 millions d’euros supplémentaires) dans la numérisation des services de l’autorité flamande (10 millions) , dans les infrastructures culturelles (42 millions) et dans l’achat de nouveaux bus et de trams (10 millions).

Au total, 4,5 millions d’euros supplémentaires seront investis d’ici 2016 et le ministre-président de dresser la liste de ces investissements. "D'ici 2019, le gouvernement flamand investira 2,5 milliards de plus qu’au début de la législature. 500 millions pour les soins de santé et le bien-être, 500 millions pour la recherche et le développement, 500 millions supplémentaires pour l’infrastructure, 500 millions pour les communes, et enfin 500 millions pour une réduction des charges. Le déficit devrait être d'environ 172 millions d'euros.

Crise des réfugiés

"La crise des demandeurs d’asile a mis la Flandre face à un important défi budgétaire" a reconnu Geert Bourgeois. "Lorsqu’ils auront obtenu le statut de réfugiés, ces personnes devront suivre un parcours d’intégration qui sera à charge de la Flandre.

Pour Geert Bourgeois, la Flandre est préparée à faire face à ce défi. Il a promis que les demandeurs d’asile ayant obtenus le statut de réfugiés pourront recevoir une aide de qualité.

Dans ce contexte, il a parlé d’une politique humaine mais non-contraignante. Il espère que les primo-arrivants pourront trouver du travail le plus vite possible et aussi maîtriser rapidement le néerlandais.