"La VRT doit élaborer un nouveau plan avec le budget disponible"

Le ministre flamand des Médias, Sven Gatz (Open VLD, photo), demande à la direction du service public flamand de radio et télévision de réajuster son plan de restructuration sur le budget qui est réellement disponible. Il estime que la décision prise lundi par le conseil d’administration de la VRT de ne pas approuver l’actuel plan de transformation est logique.

Le conseil d’administration de la VRT refuse d’approuver le plan de restructuration de la radio-télévision publique flamande tel qu’il est formulé actuellement. Cette décision, prise lundi après-midi, fait suite à l’annonce que le gouvernement flamand n’est pas prêt à payer tous les frais de cette restructuration, ni les "coûts de vieillissement" - à savoir le budget pour les augmentations salariales dues à l’ancienneté. La VRT devra donc prévoir des économies supplémentaires, de l’ordre de 30 millions d’euros au moins, répartis sur 5 ans jusqu’en 2020. Ce n’est pas possible, estime le conseil d’administration.

"Le gouvernement flamand accorde une contribution royale au service public pour sa restructuration", déclarait le ministre-président flamand Geert Bourgeois (photo) lundi soir. Il estime que la VRT peut continuer à fonctionner de façon performante et remplir ses fonctions de façon qualitative, notamment en réduisant encore un peu son personnel et en misant sur la qualité et la numérisation.

Interrogé ce mardi matin dans l’émission "De Ochtend" (VRT), le ministre flamand des Médias Sven Gatz (Open VLD) déclarait continuer à croire en l’avenir du service public de radio-télévision, malgré les restrictions évoquées dans la Déclaration de septembre du ministre-président Geert Bourgeois et le déficit de 172 millions d’euros annoncé dans le budget du gouvernement flamand.

"Dans le fond, rien ne change"

"C’est maintenant à la VRT, au conseil d’administration et à la direction, d’élaborer un nouveau plan de transformation pour le service public, à l’intérieur du budget disponible", déclarait encore Gatz. Le gouvernement flamand veut libérer deux fois 7 millions d’euros pour financer la restructuration de la VRT. "Ce ne sera pas un exercice facile", avouait le ministre, "mais la VRT doit continuer à jouer son rôle".

Le ministre des Médias veut poursuivre le dialogue avec la VRT et collaborer à l’élaboration d’un nouveau plan, mais à l’intérieur du budget préétabli. "L’auditeur, le téléspectateur et l’internaute ne remarqueront pas nécessairement la restructuration. Fondamentalement, rien ne change. Les tâches essentielles restent l’information et l’explication, mais aussi le sport et le divertissement. La VRT n’est pas un but en soi, mais un moyen de renforcer le paysage médiatique en Flandre".

"Ce sera une tâche difficile, mais pas impossible", reconnaissait Sven Gatz. "Il faut voir quels sont les scénarios possibles. Et cela peut prendre un certain temps".