Une soirée d'étudiants évacuée suite à une blague sur Twitter

La police est intervenue mercredi soir à Anvers pour évacuer le bâtiment ING où se déroulait une soirée d’étudiants. Un des participants a été arrêté. Le jeune homme était l’auteur d’un tweet, jugé suspect par la police.

La soirée d'étudiants se déroulait dans le bâtiment ING de la Lange Gasthuisstraat à Anvers. Mais après un tweet jugé suspect, envoyé par un des participant, les organisateurs ont appelé la police.

Le tweet en question avait été envoyé par un certain Mohamed O., un étudiant en graphisme. Il avait écrit : "Demain aux informations : 25 morts et 93 blessés après une hystérie collective dans le bâtiment ING".

La police a pris l’affaire très au sérieux et a envoyé sur place son unité de réaction rapide.

"Nos policier se sont emparés du jeune homme et l'ont sorti. La salle a ensuite été évacuée et fouillée de fond en comble par des chiens spécialisés dans la recherche d’explosifs" a déclaré Veerle De Vries, la porte-parole de la police d’Anvers.

Vers 22h30 les étudiants ont pu retourner à l’intérieur pour récupérer leurs affaires.

Au cours de la nuit, le jeune homme a été remis en liberté. Ce jeune homme de 22 ans a déclaré avoir envoyé ce tweet ironiquement lors d’une conversation avec un condisciple. "Quelqu’un a-t-il une idée géniale ? Crier très fort Allah Ou Akbar ne serait pas une bonne manière de briser la glace ? Avait-il demandé.

Il avait reçu comme réponse : "Essaie un peu pour voir et dis-moi ce que cela a donné". Et puis avait suivi la phrase qui avait provoqué un branle-bas de combat. "Demain aux informations : 25 morts et 93 blessés après une hystérie collective dans le bâtiment ING".

Ce jeudi matin Mohamed a réagi sur Twitter. "Cela ne pouvait arriver qu'à moi. Ma femme me laisse seul une seule soirée et je me retrouve presque à Guantanamo".