La Belgique piètre contributrice aux missions de l’ONU

Alors qu’elle est candidate à un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour la période 2019-2020, la Belgique fait pourtant mauvaise figure dans le classement des pays contributeurs aux missions onusiennes de maintien de la paix. Elle n’a que 7 officiers et 2 policiers déployés, sur un total de 118.000 Casques bleus et personnels agissant sous l’égide des Nations Unies.

La Belgique veut cependant améliorer ses prestations dans ce domaine. On a ainsi appris de sources concordantes que le nombre de militaires belges déployés dans le cadre de missions onusiennes devrait doubler en 2016.

La Belgique fournit actuellement un officier au quartier général de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul), situé à Naqoura dans le sud du pays, et deux à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco).

Deux autres sont observateurs au sein de l'Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (Onust) au Moyen-Orient, d’après des chiffres officiels.

Et depuis août 2015, un officier d'échange belge est intégré au sein du contingent néerlandais de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), alors que deux policiers belges sont déployés à Brindisi (sud de l'Italie) et en Somalie dans un cadre onusien.

Le gouvernement a toutefois autorisé le 24 septembre le déploiement, tout au long de l'année, de sept militaires belges en renfort au sein du contingent néerlandais au Mali. Ils seront affectés à des activités de renseignement.