Le Léopold I contre les trafiquants d’êtres humains

La frégate Léopold I (photo), l’un des fleurons de la Marine belge, a quitté lundi matin sa base de Zeebrugge (Flandre occidentale) pour participer pendant 6 semaines à une mission inédite en mer Méditerranée, baptisée "Cooperative Venture". Elle s’inscrit dans le cadre de l’opération navale "Sophia" de lutte contre les réseaux criminels de passeurs de migrants, avant un éventuel déploiement dans le Golfe persique en fin d’année.
Foto Kurt bvba

La deuxième phase de l’opération navale "Sophia" (ex-EU Navfor Med) - jusqu'ici cantonnée à une surveillance à distance des réseaux criminels de passeurs de migrants opérant depuis les côtes libyennes -, doit débuter mercredi par un passage à une action plus offensive, y compris en saisissant les bateaux de ces trafiquants d'êtres humains responsables de la mort de centaines de personnes en Méditerranée.

Dans le cadre de cette deuxième phase, les navires de guerre européens - dont le Léopold 1 - pourront arraisonner, fouiller, saisir et dérouter des navires suspectés de servir aux passeurs, mais à condition de ne pas entrer dans les eaux territoriales libyennes.

La frégate belge, dotée d'un équipage d'environ 175 militaires, doit participer à l'opération Sophia entre début octobre et fin décembre.

BELGA/DOPPAGNE

Double mission

Cette mission devrait être suivie par un déploiement du Léopold I dans le Golfe persique, comme navire d'escorte du porte-avions nucléaire français Charles de Gaulle, selon des sources informées. Aucune décision définitive n'a cependant encore prise, ni à Bruxelles ni à Paris.

Selon la Défense, le Léopold I sera de retour dans son port d'attache de Zeebrugge le 22 janvier 2016.