Un bouton rouge pour signaler les chercheurs d’emploi agressifs

Le service flamand pour l’Emploi VDAB veut installer un bouton d’alerte dans ses locaux afin de permettre à ses collaborateurs de se protéger contre une éventuelle agression d’un chômeur mécontent.

Le VDAB sera bientôt chargé de réprimander les demandeurs d’emploi qui ne font pas suffisamment d’effort pour trouver un job. Jusqu’à présent, cette tâche était assurée par l’Office national de l’Emploi (ONEM). Mais l’application de la sixième réforme de l’Etat change désormais la donne.

Le service flamand sera en outre amené à annoncer à certaines personnes qu’elles ne bénéficieront plus de leur allocation de chômage. D’après le VDAB, ce genre de nouvelles peut provoquer des réactions agressives de la part des chômeurs concernés. Il compte dans ce cadre installé un bouton d'alerte dans tous les locaux où ont lieu des entretiens. Le bouton sera placé dans un lieu discret, et permettra aux collaborateurs qui se sentent menacés d’appeler à l’aide.

En 2014, le VDAB a enregistré 77 cas de violence dans ses bureaux. "Il s’agit de moins de 0,1% des chercheurs d’emploi. Nous bénéficions déjà d’une formation pour apprendre à réagir contre une agression. Mais comme cette nouvelle compétence de contrôle s’ajoute désormais à nos missions, le risque va augmenter. Certaines personnes arrivent très remontées à leur rendez-vous ou alors se mettent en colère durant l’entretien", souligne la porte-parole Shaireen Aftab.