La N-VA invulnérable en Flandre

La mobilisation syndicale contre les mesures d’austérité en Flandre et au niveau national ou encore la crise des réfugiés semblent n’avoir que peu d’effet sur les intentions de vote. D’après un sondage de la VRT et du quotidien De Standaard réalisé auprès de plus de 1.000 personnes, les partis politiques se maintiennent globalement, et la N-VA apparaît plus que jamais inébranlable.

Si des élections devaient se tenir aujourd’hui, les résultats seraient sans doute identiques à ceux du scrutin de mai 2014, qui avait abouti à la formation d’une coalition de centre-droit autour de Charles Michel.

La N-VA de Bart De Wever (photo) recule d’à peine 1,3% et obtiendrait 31,1% des intentions de vote, soit plus que lors du sondage d’avril dernier. Les deux autres partis flamands des coalitions régionale et fédérale se partagent les restes : le CD&V serait à 18,4 % (-0,1%) et l’Open VLD à 14,9% (-0,7%).

Ce maintien électoral peut paraître surprenant au vu du contexte politique général, et notamment la crise des réfugiés, le taxshift, les querelles intestines, les grèves et les manifestations qui ont par deux fois réuni des dizaines de milliers de personnes. Comme on le sait, la N-VA a en outre mis au frigo les dossiers communautaires et la réforme de l’Etat, qui constitue tout de même son cœur de métier.

Malgré les efforts des partis de l’opposition pour tenter de déstabiliser les nationalistes flamands, ces derniers semblent bien résister. Groen et le SP.A ne parviennent pas à redresser la tête. Les verts obtiendraient 9,9% des intentions de vote, soit légèrement moins qu’un précédent sondage, alors que les socialistes flamands reculent par rapport aux dernières élections. Notons que de son côté, le parti d’extrême droite reste stable avec 7% des intentions de vote.

Maggie superstar

C’est une constante depuis un certain temps : la ministre de la Santé Maggie De Block (photo) semble, elle aussi, inébranlable.D’après le sondage de la VRT, la libérale flamande est encore et toujours la personnalité politique la plus populaire de Flandre.

Elle est suivie du ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V), qui perd toutefois des plumes. Tout comme sa collègue, la ministre flamande Hilde Crevits qui chute de la 3e à la 5e place. Elle se fait devancer par le président de la N-VA, Bart De Wever, et par le premier ministre Charles Michel (4e) dont la popularité semble bien se porter dans le nord du pays.

Notons que le premier représentant SP.A de ce classement arrive loin derrière. Il s’agit de la députée flamande Freya Van den Bossche. Du côté de Groen, la présidente Meyrem Almaci arrive à la 21e place.