Relations tendues entre la Belgique et le Burundi

Le gouvernement du Burundi a demandé à Bruxelles le remplacement de son ambassadeur en poste à Bujumbura en raison d'une "dégradation de confiance". Cette révocation, assez inhabituelle dans les usages diplomatiques, intervient quelques jours après que le gouvernement belge a suspendu plusieurs projets de développement dans une tentative de faire pression sur le régime du président Pierre Nkurunziza.

L’actuel président burundais a été réélu en juillet pour un troisième mandat qui a plongé ce pays d'Afrique des Grands Lacs dans une spirale de violences.

L'Union européenne a adopté début octobre des sanctions contre quatre Burundais impliqués dans la répression contre les manifestants qui s'opposaient à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza.

L'ONU s'est récemment inquiétée d'une augmentation alarmante du nombre d'arrestations, de détentions et de meurtres, indiquant que "presque chaque jour, des corps sans vie sont retrouvés dans les rues de certains quartiers de Bujumbura".

Riposte burundaise

La révocation de l'ambassadeur belge Marc Gedopt intervient quelques jours après que le gouvernement belge a suspendu plusieurs projets de développement dans une tentative de faire pression sur le régime.

Le gouvernement burundais a demandé vendredi à Bruxelles, par le biais d'une note verbale, le remplacement de son ambassadeur en poste à Bujumbura, Marc Gedopt, et annonçant le retrait de son agrément en raison "d'une dégradation de la confiance" entre les deux pays.

"Cette décision a pour but de renforcer nos relations avec la Belgique", a expliqué une source à Radio France Internationale (RFI). Une autre source a évoqué "des mensonges" de l'ambassadeur à Bujumbura - actuellement en vacances au Canada, selon le journal 'La Libre Belgique'.

Cette procédure consistant à déclarer un ambassadeur persona non grata est, bien que conforme à la convention de Vienne, rarement utilisée - de surcroit pour des diplomates belges -, a-t-on souligné de source diplomatique.