Les cinq centres de tri de bpost à l'arrêt

Le centre de tri de bpost à Anvers est à l'arrêt, tout comme celui de Bruxelles X, a déclaré jeudi matin Lieve Vanoverbeke (CSC). "Tous les travailleurs, soit 400 personnes, sont rentrés à la maison", a expliqué la responsable du syndicat chrétien.

A Anvers, tant le personnel en charge du tri que les transporteurs ont arrêté le travail dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le personnel proteste contre la volonté de la direction de considérer le samedi comme un jour de travail de semaine, ce qui signifierait qu'aucune prime ne serait accordée.

Les équipes de l'après-midi et de la soirée devraient elles aussi se croiser les bras.

Les centres de tri de Charleroi, de Liège et de Gand ont rejoint l'action spontanée entamée dans la nuit de mercredi à jeudi par le personnel de Bruxelles et d'Anvers. Les 5 centres de tri de bpost sont désormais à l'arrêt, les travailleurs d'Anvers ayant par ailleurs déjà décidé de prolonger leur action de 24 heures. De son côté, la direction de bpost appelle à "laisser la place au dialogue social".
 

Crainte pour l'avenir

Si les travailleurs des centres de tri de Bruxelles X et d'Anvers X ont spontanément débrayé dans la nuit de mercredi à jeudi, c'est par "crainte de l'avenir alors que leurs derniers droits risquent de disparaître", a commenté jeudi matin André Blaise (CSC).

Selon ce dernier, le plan MSO, qui a trait à l'organisation du courrier, doit être présenté jeudi prochain en commission paritaire. Il prévoit notamment la suppression des compensations financières du week-end et leur remplacement par une prime annuelle nette de 240 euros.

"Si ce plan est approuvé, comme je le crains puisque seule une majorité des 2/3 est nécessaire au sein de la commission paritaire, ce sera un des derniers droits des travailleurs de bpost qui disparaîtra", a précisé le responsable du syndicat chrétien selon qui il n'est pas impossible que le mouvement de grogne s'étende aux autres centres de tri.

De son côté, la direction de bpost a déjà fait savoir que l'impact de ces grèves sur la distribution du courrier sera important, notamment à Bruxelles, dans les deux Brabants, à Anvers et dans le Limbourg.