Un étudiant sur cinq court un risque de dépression

Un étudiant sur cinq qui suit un cursus à l’université ou en haute école court le risque de souffrir d’une dépression, un étudiant sur dix a déjà pensé au suicide. Selon une étude de la KU Leuven, les difficultés psychologiques proviennent souvent de la transition entre l’enseignement secondaire et le supérieur. Pour aider les étudiants à faire face à leurs difficultés, la KU Leuven a créé "MindMates", un projet de sensibilisation à la santé mentale.

On affirme souvent que "la période universitaire est la plus belle période de sa vie" mais ce n’est pas le cas pour tous les étudiants.

C’est ce que révèle une enquête réalisée auprès de 8.000 étudiants de la KU Leuven. Environ un étudiant sur cinq court le risque de souffrir d’une dépression, un sur six souffre d’angoisse. C’est la première grande enquête sur les problèmes émotionnels de étudiants dans notre pays.

"10% des étudiants courent le risque de tomber en dépression. 5% pensent parfois au suicide" déclare le professeur Ronny Bruffaerts du centre psychiatrique universitaire qui a suivi les étudiants de Louvain pendant trois ans. Un étudiant sur cent a fait une tentative de suicide.

Il est inquiétant de constater que 75% des étudiants qui souffrent de dépression ou ont des pensées suicidaires au cours de leur première année d’étude ont encore de telles pensées trois ans plus tard. Pourtant seul un étudiant sur cinq cherche de l’aide. C’est la raison pour laquelle la KU Leuven a créé "MindMates", un projet de sensibilisation à la santé mentale.

"Nous organisons notamment des ateliers sur des sujets comme : A quoi faut-il être attentif lorsqu’on s’inquiète pour un condisciple ? Quels sont les signaux à prendre en compte ? Que peut-on faire ? » a expliqué la psychothérapeute Marleen Gheldof.