Des parents consultés pour la réforme de l’enseignement

Un groupe de 24 parents d’origines sociales différentes se penchera pendant trois week-ends sur la réforme de l’enseignement secondaire en Flandre, avant de noter ses recommandations dans un rapport final. La ministre flamande Hilde Crevits (photo) a ainsi souhaité impliquer les parents dans les réformes à venir. "Et je tiendrai compte de leurs conclusions", a-t-elle promis au quotidien Het Laatste Nieuws.

Les réformes dans l’enseignement secondaire néerlandophone entreront en vigueur en septembre 2018. La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V), n’a pas souhaité prendre des décisions pour cette réforme sans consulter aussi les parents. Elle a donc demandé à la Fondation Roi Baudouin de constituer un panel de 24 parents d’origines différentes.

Pendant trois week-ends, ces parents devront se concerter en profondeur sur deux questions principales, à savoir quelles connaissances, compétences et attitudes les jeunes doivent-ils posséder à la fin de leur parcours scolaire en secondaire ? Comment faire en sorte que les jeunes fassent les bons choix d’études pendant et à la fin de leur parcours à l’école secondaire ?

Les 24 parents se réunissaient pour la première fois ce week-end. D’ici le début de l’an prochain, ils devront remettre un rapport final à la ministre Crevits, dans lequel ils auront consigné leurs conclusions et recommandations.

Hilde Crevits - elle-même mère de deux enfants - affirme qu’elle tiendra compte de l’avis des parents consultés. "Je ne veux pas faire des réformes sans tenir compte des parents", déclarait la ministre de l’Enseignement, qui espère avoir ainsi davantage leur soutien.

"Mais en définitive, ce sont le gouvernement et le Parlement flamands qui feront les choix et prendront les décisions", précisait Crevits.