Le niveau d’alerte pour la police passe de 3 à 2

Au milieu du mois de janvier dernier, le niveau de la menace avait été relevé à 3 pour tous les services de police dans le pays à la suite de l’opération anti-terrorisme menée notamment à Verviers et dans certaines communes bruxelloises. Il vient d’être abaissé à 2, indique ce mardi le quotidien De Tijd.

A la suite de l’opération anti-terrorisme menée mi-janvier dernier essentiellement à Verviers (photo) et en Région bruxelloise, qui avait mené à la mort de deux terroristes présumés et au démantèlement d’une cellule terroriste à Verviers (province de Liège), le niveau de la menace pour les commissariats et les services de police dans tout le pays avait été rehaussé, passant ainsi de 2 à 3. Ce qui signifiait une menace "sérieuse". Les agents avaient alors reçu des consignes de sécurité très précises.

Neuf mois plus tard, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) a décidé de ramener le niveau d’alerte pour les services de police à 2. Il estime que le risque d’un attentat contre la police reste réel, mais qu’il n’y a plus d’indices concrets de menace.

"Nous allons voir avec les services de police de quelle manière les mesures de sécurité peuvent être adaptées maintenant", indiquait Peter Mertens de l’Ocam ce mardi.

Indépendamment de l’analyse de la situation pour la police, l’Ocam a décidé lundi de relever le niveau d’alerte pour les centres d’accueil de demandeurs d’asile dans le pays, le faisant passer de 1 à 2, en raison des attaques dont ont été victimes des centres similaires dans les pays voisins que sont l’Allemagne et les Pays-Bas.