"Les reconstructions mammaires devraient être mieux remboursées"

Les reconstructions mammaires devraient être mieux remboursées par la sécurité sociale. La présentatrice de la chaîne de radio MNM (VRT) Ann Reymen a écrit une lettre en ce sens à la ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD). Elle estime qu’une femme ne devrait pas choisir ou non de subir une telle intervention uniquement en fonction de son budget".
© VRT 2012 Lies Willaert

Ann Reymen, présentatrice radio a subi une ablation préventive des seins car elle avait une prédisposition héréditaire à contracter cette maladie. L’ablation a été suivie d'une reconstruction mammaire avec ses propres tissus.

"4.000 euros, c'est ce que doit encore débourser en moyenne une femme pour une double reconstruction des seins, avec ses propres tissus, qu'elle soit réalisée préventivement ou après une mastectomie. Soit 2.000 euros par sein, payés de sa propre poche si elle ne dispose pas d'une assurance hospitalisation. Les reconstructions réalisées avec du silicone sont par contre totalement remboursées".

Dans sa lettre ouverte à Maggie De Block publiée sur le site internet du magazine Knack, Ann Reymen dénonce le fait que les femmes doivent faire ce choix. "Une femme ne devrait pas faire ce choix en fonction de son budget. 4.000 euros, cela reste très cher. Si cher que de nombreuses femmes qui présentent un risque élevé de cancer du sein repoussent l'opération préventive. D'autres ressentent après leur mastectomie un grand vide, au propre comme au figuré".

"Pour ma part, je n'ai pas voulu attendre, car j'avais un risque plus élevé de cancer du sein déterminé génétiquement, et j'ai opté pour la mastectomie. Mes seins sont désormais formés avec la peau de mon ventre. Si je n'avais pas fait si attention à ma ligne, ils auraient été plus volumineux. Mais je vais bien. Je ne veux pas de pitié, Maggie. Faites seulement quelque chose pour changer le système » ajoute encore Ann Reymen.