La biographie d'Eddy Merckx par Johny Vansevenant

Le journaliste de la VRT Johny Vansevenant a présenté mercredi midi à Bruxelles la biographie qu'il a consacrée à Eddy Merckx, en présence de ce dernier, du Premier ministre Charles Michel et de nombreux adversaires ou coéquipiers du "Cannibale". Bien que des dizaines d'ouvrages aient déjà été consacrées au plus grand coureur belge de tous les temps, l'auteur assure avoir obtenu des confidences inédites, notamment auprès de l'épouse d'Eddy, Claudine, et d'autres membres de sa famille.

L'hôtel Métropole de Bruxelles a littéralement été pris d'assaut, mercredi en fin de matinée. Outre des dizaines de journalistes, de nombreux membres de la famille d'Eddy Merckx, des amis dont Paul Van Himst, d'anciens concurrents ou coéquipiers étaient également présents.

Le monde politique n'était pas en reste, puisque le Premier ministre Charles Michel, le vice-premier ministre Kris Peeters (photo) ou encore le ministre bruxellois Guy Vanhengel avaient fait le déplacement.

Avec ce nouvel ouvrage consacré au Cannibale, Johny Vansevenant boucle la trilogie entamée en 2006 avec "Les hommes de Merckx", sur ses équipiers, et poursuivie en 2012 avec "Dans l'ombre d'Eddy Merckx", recueil de témoignages de ses principaux adversaires. Celui-ci est divisé en cinq parties: enfance, débutant, amateur, professionnel et après carrière.

Pour cette biographie, "sorte de testament de ce champion d'exception", l'auteur a passé une quinzaine d'heures en compagnie d'Eddy Merckx, en deux jours.

"L'entretien a débuté alors que j'étais arrivé en avance, et Eddy était en train de se faire masser après l'une de ses trois sorties hebdomadaires à vélo", a détaillé Johny Vansevenant.

Le journaliste se félicite d'avoir obtenu des informations encore inédites, malgré la somme d'ouvrages ayant déjà été consacrés au quintuple vainqueur du Tour de France. "J'ai pu passer quelques heures avec sa femme Claudine alors qu'Eddy était à l'étranger", explique-t-il, soulignant à quel point elle a été importante dans la carrière de son mari et la "complémentarité" de leur couple. "Claudine est certainement celle qui en sait le plus", confirme lui-même Eddy Merckx dans un sourire.

L'auteur a également recueilli les témoignages de ses frère et soeur jumeaux Michel et Micheline, de quatre ans ses cadets. Ceux-ci livrent des détails sur l'enfance du champion ainsi que sur son intimité familiale, expliquant notamment à quel point Eddy Merckx était "terrorisé" par son père Jules, qui faisait preuve d'une "extrême sévérité". "J'ai été élevé par des parents qui m'ont aidé au maximum. Si j'en suis arrivé là, c'est grâce à eux", précise le champion.

"Ce qui m'a toujours énormément attiré chez lui, c'est sa grande humilité", ajoute Johny Vansevenant à propos de son "sujet". "Comme disait le journaliste de la RTBF Théo Mathy, Eddy était dur comme son père pendant la course, mais gentil comme sa mère après, lors des interviews. Il ne cherchait jamais à humilier, avait beaucoup de respect pour ses concurrents et était souvent en proie au doute, même au plus fort de sa supériorité."

Dans le livre, le Cannibale revient longuement sur sa carrière, tant sur les nombreux moments de joie que sur les plus difficiles.

Lorsqu'il regarde dans le rétroviseur, interrogé sur l'exceptionnelle aura qui est encore la sienne aujourd'hui, même auprès des plus jeunes qui n'ont pas connu ses succès, il reconnaît être surpris et touché à la fois.

Avant de rebondir, dans un dernier sourire: "C'est peut-être que les générations suivantes de cyclistes belges n'ont pas été aussi fortes".