Le renflouement du Flinterstar reporté au printemps

Tout le carburant "nocif" a maintenant été pompé du cargo néerlandais Flinterstar qui a sombré le 6 octobre au large de Zeebrugge après une collision avec le méthanier Al Oraiq des Iles Marshall. L’état d’urgence a donc été levé vendredi vers midi. Mais le renflouement du cargo qui a perdu du carburant en mer n’aura pas lieu avant le printemps 2016, a indiqué vendredi le Secrétaire d’Etat à la Mer du Nord, Bart Tommelein.

Le Premier ministre Charles Michel (MR) et le Secrétaire d’Etat à la Mer du Nord Bart Tommelein (Open VLD) rendaient visite vendredi au cargo accidenté au large de Zeebrugge (Flandre occidentale). Ils ont emprunté le chasseur de mines Castor, un navire de la Défense, pour se rendre à proximité du cargo échoué, qui est à peine visible lors des marées hautes.

"Il y a encore une affaire en cours en référé. Nous souhaitons que l'armateur Flinter prenne ses responsabilités et assume le renflouement. Le verdict tombera le 27 novembre. Nous attendrons jusqu'à ce moment-là, de manière à pouvoir continuer à renforcer notre position juridique", expliquait Bart Tommelein (photo).

Le Premier ministre et le Secrétaire d'Etat soulignent qu'ils prendront leur responsabilité étant donné que la collision s'est produite le long des côtes belges, mais estiment que ce n'est pas à la Belgique et aux contribuables d'assumer les coûts, qui se calculeront en millions d'euros. Il est donc exclu que le renflouement du Flinterstar puisse encore débuter avant l'hiver.

Jonas Roosens

"Le bateau ne coule plus et est stable. Nous sommes cependant prêts à intervenir si la situation nous y oblige. Même si le verdict du 27 novembre est négatif, nous pouvons directement nous mettre en action. Les services sont pleinement occupés avec les préparatifs", assurait encore Tommelein.

Le Premier ministre Michel est d'avis qu'il faut en outre recevoir préalablement les explications techniques nécessaires pour les différents scénarios de renflouement. Les derniers vestiges de pétrole seront nettoyés ce week-end, de façon à ce que le cargo ne représente plus une menace pour l'environnement. Tous les morceaux de l'épave qui ne sont plus bien fixés à celle-ci seront également enlevés.

Le barrage à l'embouchure du Zwin est à nouveau ouvert depuis vendredi. "Partiellement. Seule la partie centrale, afin que nous puissions intervenir rapidement si nécessaire. En une marée, nous pouvons fermer le barrage", affirmait Bart Tommelein.