Chaque mois encore 5 à 10 djihadistes partent pour la Syrie

Chaque mois, cinq à dix personnes quittent la Belgique pour aller combattre en Syrie ou en Irak aux côtés du groupe terroriste Etat islamique. Le nombre a baissé, mais les efforts restent donc nécessaires, a indiqué mercredi le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, en marge d'une rencontre de la coalition internationale contre l'Etat islamique à Bruxelles.

"Le nombre de jeunes qui partent vers des zones de conflit a fortement diminué, mais la Belgique ne peut pas se reposer sur ses lauriers", a commenté M. Reynders (photo). "De jeunes Belges continuent à partir, même s'ils sont moins nombreux qu'auparavant."

Didier Reynders reçoit mercredi le "Small Group" composé de 24 membres les plus actifs de la coalition internationale réunie autour des Etats-Unis. La rencontre doit aider à améliorer la collaboration et à informer tout le monde de la situation sur le terrain qui évolue extrêmement vite.

L'important est notamment de stabiliser le terrain repris à Daesh, a indiqué Didier Reynders en faisant référence à Tikrit, en Irak. La reconstruction de la police et d'autres services doit permettre de restaurer la confiance de la population. Mais il doit être clair que les crimes graves du régime de Bachar Al-Assad ne resteront pas impunis, a précisé Didier Reynders.

Le financement de l'Etat islamique est un autre sujet de préoccupation. Les différents pays de la coalition - et également les pays arabes - doivent essayer de faire stopper le financement provenant de leurs territoires, tout comme le trafic de pétrole et d'oeuvres d'art tellement lucratif pour le groupe terroriste.