Des clandestins jetant des caisses de fruits vides appréhendés

La police a arrêté un camion circulant ce vendredi matin sur l’autoroute E40, entre Ostende et Bruxelles, duquel des passagers clandestins cachés avaient jeté des caisses de légumes et fruits vides. Les deux hommes, probablement en situation illégale, ont été appréhendés.

"Nous avons reçu des appels de plusieurs conducteurs qui avaient vu des caisses vides de fruits et légumes être jetées hors d’un camion" circulant sur l’autoroute E40, ce vendredi matin, entre Ostende et Bruxelles. C’est ce qu’expliquait l’inspecteur en chef de la police fédérale de la route, Bart De Cock.

"Le camion s’est arrêté sur le parking à Wetteren (photo d'archives). Nos agents ont alors vu deux personnes, vraisemblablement en situation illégale, sauter hors du camion". Ils avaient constaté être dans un camion en direction de la capitale et pas en route vers le littoral, et voulaient que le camion s'arrête, expliquait encore De Cock.

Les deux hommes ont été appréhendés par la police. Leur origine n’avait pas encore été déterminée en début d’après-midi.

Trafic d’êtres humains : concertation au-delà des frontières

Les services de sécurité belges, néerlandais et britanniques veulent pouvoir échanger plus rapidement leurs informations et coordonner leurs actions dirigées contre les trafiquants d’êtres humains et la traite d’humains. C’est ce qu’ont convenu le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, et le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken (photo), jeudi avec leurs collègues lors d’une réunion à La Haye.

Ils estiment que l’afflux persistant de réfugiés force les pays européens à collaborer davantage. "L’approche de ce problème ne peut fonctionner que quand plusieurs pays optent pour une stratégie coordonnée", expliquaient Francken et Jambon à l’issue de leur entretien avec le ministre britannique James Brokenshire et le Secrétaire d’Etat néerlandais Klaas Dijkhoff.

Dans une déclaration commune, les trois pays s’engagent à un meilleur échange des informations et à davantage de coordination pour les différentes actions menées par la police à l’encontre de trafiquants d’êtres humains. Jan Jambon et Theo Francken estiment que cette coordination va mener à une meilleure action sur le terrain.