La Belgique conseille à ses ressortissants de quitter le Burundi

Les Affaires Etrangères conseillent aux Belges se trouvant actuellement au Burundi et dont la présence n’est pas essentielle de quitter le pays, "tant que les conditions normales le permettent". En cause, le climat de violences qui s’est aggravé depuis le mois d’octobre. Sur son site internet, le service public fédéral Affaires Etrangères a donc revu ce vendredi son Avis de voyage.

"Depuis le mois d'octobre, le climat de violences s'est encore aggravé. Des propos hostiles à la Belgique et des menaces à l'encontre des ressortissants belges ont également été diffusés", explique "L'avis de voyage" dédié au Burundi sur le site du ministère des Affaires Etrangères, modifié ce vendredi.

"Tous les voyages au Burundi sont dès lors déconseillés. Il est conseillé aux Belges qui se trouvent actuellement au Burundi et dont la présence n'est pas essentielle de quitter le pays tant que les conditions normales le permettent", souligne le texte.

"Il ne s'agit pas d'un mot d'ordre d'évacuation générale, mais nous conseillons aux Belges d'examiner leur situation et de quitter le pays si leur présence n'est pas essentielle", a précisé à l'Agence France Presse un porte-parole du ministère, selon lequel environ 500 Belges sont actuellement présents au Burundi.

Le CNDD-FDD, parti au pouvoir au Burundi, s'en est pris violemment mercredi à la Belgique, ancienne puissance coloniale, accusée "d'armer" l'opposition dans l'objectif de "recoloniser" ce petit pays de l'Afrique des Grands Lacs, plongé depuis six mois dans une crise politique.

Le ministre belge des Affaires Etrangères, Didier Reynders (MR, photo ci-dessus), avait immédiatement démenti ces allégations, les qualifiant "d'absurdes". "Nous appelons au calme et au dialogue", avait déclaré le chef de la diplomatie belge.

Au début du mois d’octobre, Bujumbura avait déjà supprimé l’accréditation de l’ambassadeur de Belgique. Un jour plus tard, une manifestation hostile aux Belges avait été organisée devant l’ambassade. "Notre ambassade est encore toujours en contact étroit avec les Belges au Burundi, et nous suivons la situation de très près depuis Bruxelles", précisait le ministère.