Michel : "Consulter divers cabinets d’avocats à l’avenir"

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant (MR) a commis une "erreur administrative" mais a agi de "bonne foi" dans la désignation par son cabinet et l’administration du bureau d’avocats Clifford Chance pour assister l’Etat dans diverses missions d’expertise, a déclaré ce vendredi le Premier ministre Charles Michel (photo) en commission de la Chambre.

Le chef de gouvernement a rappelé la "responsabilité" politique finale d'un ministre dans la gestion de ses dossiers. Il a fait siennes les conclusions de l'inspection des Finances qui a pointé des "irrégularités" dans la procédure de désignation du bureau Clifford Chance, mais également de nombreux autres cabinets d'avocats par le service public fédéral Mobilité avant l'entrée en charge de la ministre MR.

Charles Michel a rappelé l'engagement de son gouvernement à mieux prendre en compte la législation et les procédures à l'avenir. L'opposition a apprécié la différence de ton apportée par le Premier ministre face une polémique en cours depuis des semaines, tout en continuant à contester la bonne foi de la ministre Galant dans cette affaire et en doutant de sa crédibilité à encore gérer ses dossiers.

"La ministre a commis une erreur administrative" mais elle a agi de "bonne foi". Il n'y a "pas eu de conflit d'intérêt" avec des membres de son cabinet ministériel et Jacqueline Galant (photo) a remis au parlement l'ensemble des documents et informations qu'il lui revenait d'examiner », a assuré vendredi le Premier ministre. Ce dernier a souligné que la ministre assumait la "responsabilité" de la désignation du cabinet Clifford même si celle-ci est le fruit, comme en attestent de nombreux courriels, d'échanges entre le bureau d'avocats, le cabinet Galant et l'administration.

L'opposition a salué l'évolution de la teneur du discours gouvernemental admettant une erreur dans le chef de sa ministre. Elle estime toutefois que le Premier ministre aurait dû aller plus loin en reconnaissant "l'illégalité" de la procédure, en dénonçant l'absence de certains courriels importants parmi ceux transmis au parlement - dont celui manifestant l'inquiétude de l'administration face à l'évolution de la mission et de son coût - et en admettant le vrai problème de ce dossier, la tentative de contourner l'administration en imposant de nouvelles routes aériennes bafouant l'intérêt général.

Pour les partis d'opposition, Jacqueline Galant n'a pas agi de bonne foi en niant l'appel de son administration à privilégier la consultation de trois offres et en ne répondant pas à ses appels à la transparence. Le Premier ministre a souligné qu’à l’avenir trois cabinets d’avocats différents devraient être consultés.