Une alerte SMS lors de catastrophes ou attentats

Dans sa nouvelle note politique, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) annonce qu’un SMS sera envoyé à l’avenir à tous les citoyens se trouvant dans la zone concernée en cas d’attaque terroriste, de catastrophe ou de toute autre situation urgente survenant en Belgique. C’est ce qu’indiquent les quotidiens De Tijd et L’Echo ce vendredi. L’information a été confirmée à la rédaction de la VRT.

Le ministre Jan Jambon a négocié son projet Alerte SMS avec les trois opérateurs GSM qui sont actifs en Belgique, à savoir Proximus, Base et Mobistar. Ils veilleront à ce que tous les citoyens qui traversent la zone à risque et ont leur téléphone sur eux - il ne s’agit donc pas uniquement des habitants de la zone, mais également les visiteurs ou les touristes étrangers - puissent être avertis par SMS en cas de catastrophe, d’attentat ou de risque d’attentat, ou d’autre situation d’urgence.

De cette façon, "nous pouvons les prévenir et les garder informés de l’évolution de la situation", expliquait le ministre de l’Intérieur sur les ondes de la VRT. "On peut qualifier cela de façon moderne d’informer la population. Là où dans le temps on circulait dans les rues avec une voiture-radio en demandant aux gens de fermer leurs portes et fenêtres, maintenant ils recevront cette information via leur GSM".

D’après Jan Jambon (photo, à g.), la vie privée des destinataires des SMS sera préservée. Seuls les opérateurs de téléphonie mobile sauront en effet à qui les messages d’alerte ont été envoyés.

L’appel d’offres pour le système sera lancé dans les prochains mois. En collaboration avec son collègue Alexander De Croo (Open VLD), responsable notamment pour les Télécommunications (photo, à dr.), le ministre Jambon introduira une modification de la loi pour rendre possible l’envoi de SMS d’alerte.

Aux Pays-Bas voisins, la "NL-Alert" existe déjà mais elle repose sur une technologie différente.

De nouveaux plans d’urgence

Pour la communication entre les différents services publics en situations de crise, un nouveau portal web sécurisé sera lancé l’an prochain, sous le nom de "Incident & Crisis Management System". Ce système à échelle nationale remplacera alors les systèmes de communication d’urgence existant actuellement à Anvers, dans le Limbourg et à Liège.

Dans sa nouvelle note politique, le ministre Jambon fait également référence à des nouveaux plans d’urgence pour la Belgique. Un "Plan spécial d’urgence national attaque terroriste" sera ainsi lancé, pour coordonner les opérations en cas d’attentat de tout genre.