"Montrer à nos partenaires que nous sommes sérieux"

Alors que des chasseurs-bombardiers français ont largué vingt bombes sur le fief de l'Etat Islamique, dimanche soir à Raqqa, dans le nord de la Syrie, détruisant un poste de commandement et un camp d'entraînement, le ministre belge de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a estimé que la Belgique "doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour continuer à parti, photociper à l’intervention internationale contre l’Etat Islamique. Nous devons montrer que cela nous tient à cœur". Sans citer d’engagement concret dans ce sens, Steven Vandeput estime que l’organisation terroriste doit "être mise à genoux".
Nicolas Lambert

La Belgique est notamment impliquée dans la lutte contre l'Etat Islamique (EI) via ses avions F16, ainsi qu'avec la frégate Léopold I, qui accompagne le navire français Charles de Gaulle. La Belgique encourt-elle pour cette raison un danger particulier, dans la lignée des attentats de Paris? "Notre pays est une cible potentielle comme tous les autres pays occidentaux le sont", a réagi Steven Vandeput.

D’après le ministre de la Défense, la Belgique est impliquée "depuis le premier jour" dans la coalition internationale contre l'EI, et il ne peut être question de réduire cette participation actuellement.

Steven Vandeput préconise une diversité d'approches, parmi lesquelles l'action militaire est indispensable, mais qui comprend également des tentatives de solutions diplomatiques. "L'Etat Islamique n'est pas un 'Etat'. C'est un groupe de terroristes avec lesquels il n’est pas possible de discuter. On doit les mettre à genoux par la force", a conclu le ministre.

La Belgique ne participe actuellement pas aux bombardements

Entre octobre 2014 et juin 2015, des avions F-16 belges ont été actifs en Irak, mais pas en Syrie. Actuellement, aucun avion militaire belge ne participe aux attaques aériennes contre l’Etat Islamique en Syrie ou en Irak.

Mais il existerait des projets pour participer à nouveau à des interventions avec des F-16 belges, dans le cadre d’une coopération avec les Pays-Bas.

D’autre part, la Belgique a également stationné des militaires à Bagdad, qui sont chargés de former des collègues iraquiens.