Didier Reynders favorable à un suivi électronique des 'returnees'

Le Vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR) est favorable à un suivi des 'returnees' à l'aide d'un bracelet électronique. Il est par ailleurs opposé à une intervention militaire belge au sol en Syrie, a-t-il indiqué mardi matin sur Bel RTL.

"Pour l'instant, il y a déjà un suivi judiciaire. Cela vaut quand même la peine de suivre très précisément quelqu'un qui rentre d'une guerre civile, qui a peut-être commis des horreurs en Syrie ou en Irak. Je ne demande pas de mettre ces jeunes dans des centres ou en prison, mais au moins un suivi électronique ou une capacité de les suivre précisément, c'est quelque chose que la France et probablement la Belgique vont examiner", a expliqué le Vice-premier ministre libéral.

En ce qui concerne la participation de militaires belges à une intervention en Syrie, M. Reynders a précisé qu'il reviendrait au parlement d'examiner s'il faut aller plus loin et, le cas échéant, comment il faut le faire dans une coalition internationale.

"Si on n'arrive pas à éradiquer les groupes de terroristes en Irak et en Syrie, on restera la cible permanente d'attentats", a encore dit Didier Reynders, précisant qu'il ne plaidait pas pour que des Belges interviennent au sol car "cela serait vraisemblablement perçu comme une croisade".