L’assaut mené à Saint-Denis avec des informations belges

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a souligné ce mercredi midi que l’assaut donné dans la matinée à Saint-Denis avait notamment pu être orchestré grâce à des informations fournies par la Belgique. "Il y avait des indices clairs que Saint-Denis était ’the place to be’", précisait le ministre belge.

Koen Geens rappelait ce mercredi midi que les services de renseignements belges et français travaillent actuellement en très étroite collaboration, à la suite des attentats sanglants de vendredi soir.

"Il s’agit clairement d’une opération belgo-française, non seulement en ce qui concerne les terroristes, mais aussi les services. La collaboration est très intense", déclarait le ministre de la Justice ce mercredi, au micro de la VRT, alors que l’assaut mené par les forces de l’ordre françaises sur un appartement dans la banlieue parisienne de Saint-Denis prenaient fin.

Y avait-il des indices concrets qui ont permis de mettre sur pied l’assaut de grande envergure ? "Absolument, il y avait des indices très clairs et concrets. Je ne peux en dire davantage, pour ne rien révéler. Mais il est clair que, via des recherches menées avec toutes les techniques modernes, il était apparu que Saint-Denis était ‘the place to be’", l’endroit où il fallait intervenir d’urgence.