Le gouvernement élargit les mesures spéciales de recherche

A la suite des attentats de Paris, survenus vendredi, le gouvernement fédéral de Charles Michel prépare actuellement une série de nouvelles mesures qui doivent permettre d’élargir les méthodes spéciales de recherche et de renseignement. Il veut ainsi donner aux enquêteurs et aux services de sécurité la possibilité de rassembler plus rapidement davantage d’informations. "Ces mesures sont prises dans la ligne du bon sens", précisait le ministre de la Justice, Koen Geens, dans l’émission "De Ochtend" de la VRT, ce mercredi matin.

Déjà à la suite de l’attentat à la rédaction de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo et de l’action antiterroriste menée à Verviers (province de Liège) en janvier dernier, le gouvernement fédéral belge avait pris une série de douze mesures spéciales pour contrecarrer le terrorisme. L’une de ces mesures consistait en l’élargissement des méthodes de recherche et de renseignement.

Les tous récents attentats perpétrés à Paris ont accéléré la mise en œuvre de ces méthodes élargies. L'équipe de Charles Michel travaille en effet actuellement à de nouvelles mesures qui doivent donner davantage de possibilités aux enquêteurs et aux services de sécurité de rassembler des informations.

Le gouvernement songe notamment à une législation adaptée aux moyens de communication modernes, entre autres en ce qui concerne le piratage informatique. Les services secrets sont déjà autorisés à le faire depuis un certain temps, et la police judiciaire devrait maintenant également y être autorisée.

La mise sur écoute de conversations téléphoniques de suspects de terrorisme devrait également être possible plus rapidement. Actuellement, ces suspects changent constamment de téléphone, devançant ainsi toujours les enquêteurs.

Enfin, le gouvernement étudie s’il serait possible d’infiltrer les "chatboxes" de jeux vidéo. C’est un moyen qu’utilisent beaucoup de suspects de terrorisme pour communiquer sans être repérés.

"S’adapter complètement à la technologie moderne"

"Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon et moi-même préparons actuellement une circulaire qui permettra à la police fédérale de communiquer des informations judiciaires aux autorités locales, comme par exemple un bourgmestre", expliquait le ministre de la Justice Koen Geens (photo) ce mercredi matin dans l’émission "De Ochtend" de la VRT.

"Il va de soi que nous allons plus loin pour ce qui est des méthodes spéciales de recherche et de renseignement. C’est d’ailleurs inscrit dans l’accord de gouvernement. Nous nous dirigeons en tous cas vers une adaptation totale à la technologie moderne. Ces mesures se situent dans la ligne du bon sens", assurait encore le ministre.