Salah Abdeslam pas appréhendé dimanche soir

Quelque 16 personnes ont été privées de leur liberté à la suite de 22 perquisitions menées en Belgique dimanche, a indiqué le parquet fédéral ce lundi. Ces opérations ont eu lieu dans le cadre de l’instruction judiciaire à la suite des attentats de Paris, perpétrés le 13 novembre. Elles n’ont cependant pas permis d’appréhender Salah Abdeslam, le principal suspect, toujours en fuite. "L’enquête se poursuit sans relâche", précisait le porte-parole du parquet, Eric Vandersypt, lors d’une conférence de presse.

Dix-neufs perquisitions ont eu lieu dimanche dans les communes bruxelloises de Molenbeek-Saint-Jean, Anderlecht, Jette, Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Forest. Il y a également eu trois perquisitions à Charleroi, plus précisément du côté de Dampremy. Au total, seize personnes ont été privées de liberté et le juge d'instruction décidera ce lundi de leur maintien ou non en détention.

Salah Abdeslam (photo), principal suspect toujours en fuite à la suite des attentats perpétrés à Paris le 13 novembre, ne figure pas parmi les personnes interpellées, a précisé le porte-parole du parquet fédéral Eric Vandersypt.

Lors de perquisitions dans un snack-bar à Molenbeek-Saint-Jean, un véhicule s'est dirigé vers la police qui a alors ouvert le feu à deux reprises. Le véhicule a pu prendre la fuite, mais a été intercepté à Bruxelles et un individu blessé à son bord a été arrêté, a rapporté le parquet fédéral. Les autres perquisitions se sont toutefois déroulées sans incident.

Nécessité d’intervenir

Aucune information n'a été divulguée sur l'identité des personnes arrêtées, ni sur les objets emportés lors des opérations. Néanmoins, le parquet fédéral précise qu'il n'y avait pas, "jusqu'à présent", d'explosifs ou d'armes. "Les éléments recueillis dans le cadre de l'instruction nécessitaient d'intervenir ce dimanche soir", a communiqué le parquet, qui ajoute que l'instruction se poursuit.

Le niveau de la menace terroriste est porté à 4 en Région de Bruxelles-Capitale depuis samedi, soit une situation où la menace est "imminente et sérieuse", et demeure à 3 dans le reste du pays, ce qui correspond à une menace "possible et vraisemblable".

Plusieurs opérations de police se sont également déroulées en région liégeoise. Le parquet fédéral n'a pas évoqué ces interventions et la police liégeoise a fait savoir qu'elles n'étaient pas liées aux perquisitions menées à Bruxelles et Charleroi.