Theo Francken veut dissuader les candidats à l’asile afghans

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a rédigé une lettre pour tenter de dissuader les ressortissants afghans de demander l’asile en Belgique. La communication a été publiée sur Facebook. Un appel identique avait déjà été lancé en octobre dernier par les autorités belges à l’attention de candidats à l’asile irakiens.

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile (photo) lance une campagne de dissuasion adressée aux Afghans, environ un mois après une campagne similaire à l’attention de candidats irakiens à l’asile. La nouvelle lettre de Theo Francken est limpide : les Afghans ont peu de chances d'obtenir l'asile en Belgique.

"Les autorités belges chargées de l'asile ont décidé, sur base de la situation actuelle en Afghanistan, qu'il n'était pas nécessaire d'accorder un statut de protection à tous les citoyens afghans. Chaque demande d'asile sera étudiée selon ses propres mérites. Certains demandeurs bénéficieront d'un statut de protection, d'autres pas" , indique le texte, signé par le Secrétaire d'Etat et diffusé en trois langues (anglais, dari et pachtoune) sur la page Facebook de l'Office des étrangers.

Si l'objectif du texte est, comme l'explique l'Office, de "donner une information objective sur la situation en Belgique", le Secrétaire d'Etat est plus explicite : "Payer des passeurs pour vous emmener en Europe est une perte d'argent et de temps. Cela vous amènera, vous et ceux que vous aimez, dans des situations très dangereuses - et sans aucune garantie de succès. N'espérez rien des fausses promesses des passeurs et des réseaux sociaux !"

Le nombre de demandes d’Afghans a doublé

Le nombre de candidats à l’asile qui se présentent à l’Office des étrangers continue à augmenter, et les listes d’attente s’allongent. La capacité de pré-accueil pour les réfugiés qui attendent de pouvoir aller s’inscrire à l’Office des étrangers à Bruxelles a atteint ses limites, si bien que certains sont à nouveau obligés de dormir dans la rue.

De nombreuses demandes d’asile émanent de Syriens, mais aussi d’Irakiens et d’Afghans. En octobre, les ressortissants afghans formaient le plus grand groupe de demandeurs d’asile en Belgique (24,5% des demandes), après les Syriens (31,1%). Cela représente 1.177 demandes.

En septembre, il y avait eu 523 demandes d’Afghans, soit 9,5% du total de demandes d’asile.

La campagne de dissuasion menée en octobre à l’adresse des candidats irakiens à l’asile a atteint son but. En septembre, il y avait eu 2.207 demandes d’asile venant d’Irak, alors qu’en octobre leur nombre est tombé à 748 demandes. Soit moins que le nombre de demandes de Syriens et d’Afghans.