Alerte terroriste : 52 millions d’euros par jour pour Bruxelles

L’émission télévisée économique "De Vrije Markt" de la VRT évalue l’impact économique du niveau 4 de menace terroriste pour la Région de Bruxelles capitale à 52 millions d’euros par jour. D’autre part, quelque 535 entreprises bruxelloises ont déjà invoqué le chômage temporaire pour cause de force majeure, a indiqué le ministre de l’Emploi Kris Peeters.

D’après l’émission "De Vrije Markt" diffusée ce vendredi soir, c’est avant tout le secteur des hôtels, cafés et restaurants qui a souffert de 6 jours de menace terroriste maximale à Bruxelles cette semaine. D’après la Fédération bruxelloise de l’Horeca, le secteur a réalisé 60% de chiffre d’affaire en moins.

Mais les commerçants ont également souffert, notamment parce que nombre d’entre eux ont dû fermer leurs portes pendant plusieurs jours. Le Syndicat neutre des indépendants évalue une perte de 40% de leur chiffre d’affaires.

Un point plus positif néanmoins : les ventes en ligne ont augmenté de 25% depuis le week-end dernier. Elles n’ont cependant pas seulement été effectuées auprès des chaînes de supermarchés belges - pour éviter aux clients de se rendre dans les magasins en raison de la menace terroriste - mais aussi auprès de sites internet étrangers.

Quand on sait que le produit intérieur brut (PIB) annuel pour Bruxelles représente environ 64 milliards d’euros, explique le journaliste Michaël Van Droogenbroeck, cela fait un BIP de 291 millions d’euros par jour ouvrable pour la capitale.

Le secteur Horeca, le commerce et les producteurs d’alimentation fraîche représentent 12,6% du PIB de Bruxelles. Si l’alerte terroriste maximale a engendré des pertes de l’ordre de 60% dans ce domaine, cela représente environ 22 millions d’euros de pertes par jour.

Production réduite et chômage temporaire

D’autre part, les entreprises installées à Bruxelles ont pu moins produire ces derniers jours, notamment en raison de l'absence d'une partie du personnel - environ 20% d’absentéisme pour force majeure. Cela a représenté une perte d'au moins 29,7 millions d'euros par jour, a encore calculé la VRT.

Soit un total de quelque 51,7 millions d'euros d’impact économique par jour à Bruxelles. Ce montant devra encore être révisé lorsque toutes les données seront disponibles. Et il ne comprend pas l’impact de la fermeture du métro bruxellois, ni les dégâts causés à l’image de la capitale belge en raison de la menace terroriste.

Seul point plus positif : les sociétés de gardiennage ont été très sollicitées depuis le week-end dernier et projettent d’engager environ 600 personnes.

D’autre part, le ministre fédéral de l'Emploi, Kris Peeters (CD&V, photo), a indiqué que 535 entreprises bruxelloises ont déjà invoqué la mesure de chômage économique temporaire pour cause de force majeure. Cela représente un total de 1.300 travailleurs concernés.

D'autres indicateurs des conséquences de la menace terroriste sur l'économie sont cités par les journaux ce samedi, comme la baisse d'environ 20% des passagers à Brussels Airport et des nuitées à Bruxelles.