A nouveau des trains à grande vitesse entre Bruxelles et Lille

Le trafic ferroviaire à grande vitesse a été interrompu ce lundi entre Bruxelles et la France à la suite de la fonte d’un câble de signalisation en fibre de verre sous le viaduc d’Ath, en province du Hainaut. Le gestionnaire de l’infrastructure du chemin de fer belge Infrabel estime que l’incident serait dû à un acte de sabotage. Eurostar, Thalys et le TGV sont restés bloqués sur cet axe jusque dans l’après-midi.
Xinhua/Photoshot. All rights reserved.

L'incident a eu lieu dans la région d'Ath, en province du Hainaut. "On s'est attaqué délibérément au câble de signalisation à plusieurs endroits", déplorait Frédéric Sacré, le porte-parole d'Infrabel. Le parquet et la police scientifique sont sur les lieux pour les constatations d'usage. "Il ne s'agit pas d'un vol de câble, mais d'un acte de malveillance", souligne le porte-parole.

Les dégâts sont conséquents, puisqu’un incendie a fait suite à l’incident, et les travaux de réparation ne pouvaient commencer qu'à l'issue des constatations.

En attendant, aucun train Eurostar, TGV ou Thalys vers Lille, Paris et Londres n'a été en mesure de rouler. D'après Infrabel, le trafic devait reprendre "dans le courant de la première moitié de l'après-midi". Il a finalement repris après 16h. Une trentaine de trains a dû être annulés, 7 autres déviés.

Sur son site internet, Thalys conseillait aux voyageurs de reporter leur voyage. "Tous les billets des Thalys concernés seront échangeables et remboursables sans frais supplémentaires", précise la société.

"Nos services entre Londres et Bruxelles peuvent subir des retards allant jusqu'à 120 minutes", indiquait de son côté Eurostar. De nombreuses personnes doivent se rendre à Paris ce lundi pour le lancement de la 21e conférence climatique de l'ONU.

Le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge Infrabel s'oriente vers le dépôt d'une plainte, indiquait encore Frédéric Sacré.

Les plus consultés