Un reportage de la VRT interdit d’antenne à la dernière minute

La journaliste Phara de Aguirre (VRT) a réagi ce jeudi matin lors de l'émission "Hautekiet" (Radio 1) après l'interdiction de diffusion mercredi soir du magazine de reportage "Koppen" sur les risques des média sociaux.

Ce reportage prenait notamment l'exemple d'un établissement scolaire de Mol (Anvers) où une expérience impliquant les élèves, les parents et les enseignants a été menée quant au harcèlement en ligne.

Pour ce reportage la journaliste Phara de Aguirre avait créé un profil Facebook fictif d’un jeune garçon de 14 ans pour vérifier si elle parviendraient à dialoguer avec des jeunes du même âge.

"Nous avions choisi ce nom avec soin car il n’apparaissait pas sur Facebook. Mais mercredi après-midi nous avons reçu un mail d’un bureau d’avocat de Londerzeel, nous demandant de confirmer par écrit que le nom en question ne sera pas utilisé dans le reportage. "Nous avons immédiatement contacté notre service juridique" a expliqué Phara de Aguirre. Le client de ce bureau d'avocat était un homme dont le fils porte presque le même patronime que le faux profil Facebook.

Notre service juridique a estimé qu’il n’y avait aucune raison d’accepter la demande de cet homme. Le reportage avait par ailleurs déjà été annoncé dans le journal télévisé de 19 heures, mercredi".

A 20 heures (mercredi) un huissier de justice s’est présenté à la VRT. L’homme en question avait demandé une astreinte de 1 million d’euros si la VRT diffusait le reportage. Le juge n’avait pas été aussi loin mais l’astreinte était tout de même de 10.000 euros" a encore ajouté Phara de Aguirre."

"En pratique il n’était plus possible de changer ce nom mais aussi par principe nous refusions de le faire. Nous avons estimé que nous n’avions commis aucune faute. Nous n’avions pas d’autre choix que de supprimer la diffusion à la dernière minute".

La journaliste regrette surtout que la VRT n’ait pas eu le temps de réagir à cette décision de justice et que l’homme en question ait refusé le dialogue. "J’ai tenté de l’appeler mais il avait mis le numéro de téléphone de l’école sur son mail".

La VRT n’a pas l’intention de se laisser faire. La rédaction de Koppen et son rédacteur en chef Carl Voet sont convaincus que le reportage en question, traitant d'un sujet pertinent, a été réalisé de manière correcte. La VRT est forcée de se plier au jugement, mais a introduit un appel et part du principe que le programme sera diffusé la semaine prochaine", a réagi la chaîne publique.