Trois juges d’instruction de plus pour les affaires de terrorisme

Trois juges d’instruction supplémentaires vont être chargés des affaires de terrorisme. D’après le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V), ils viendraient soutenir les personnes qui travaillent déjà sur ces dossiers mais qui sont totalement surchargées. Ils permettraient également d’assurer une permanence, devenue aujourd’hui nécessaire.

Actuellement, quatre juges d’instruction travaillent à Bruxelles sur les dossiers liés au terrorisme. Trois d’entre eux planchent uniquement sur l’enquête sur les attentats de Paris. "Nous sommes actuellement très concentrés sur cette enquête", indique Koen Geens qui recherche dans ce cadre un renforcement des effectifs.

"Les juges d’instructions chargés de ce genre d’affaires traitent parfois d’autres dossiers en parallèle. A l’heure actuelle, ils sont surchargés. Ils doivent surtout aussi être disponibles à tout moment afin d’autoriser certaines mesures d’enquête. Une permanence est dans ce sens très importante. Leur présence est également primordiale pour les dossiers en cours", souligne le ministre de la Justice.

Les trois personnes supplémentaires, deux francophones et une néerlandophone, seront chargées des affaires de terrorisme pour une période indéterminée.

Une mesure qui ne réjouit pas tout le monde

Le président du tribunal francophone de Bruxelles, Luc Hennart, n’est pas satisfait de la nomination de trois juges d’instruction supplémentaires. Il s’agit en effet de juges déjà chargés d’autres dossiers dont ils n’auront donc plus le temps de s’occuper.

D’après Luc Hennart, davantage d’affaires seront classées sans suite à cause de cette décision. Il plaide ainsi en faveur d’une nomination structurelle de trois nouveaux juges d’instruction.