Climat: "Le niveau d'alerte 4 est atteint!"

Plus de 10.000 personnes se sont réunies à Ostende ce dimanche dans le cadre d’une marche contre le changement climatique. Les participants ont appelé les responsables politiques belges et les dirigeants du monde à prendre des décisions courageuses pour protéger l’environnement. A l’origine, le cortège devait se tenir à Paris, où a lieu la Conférence de l’ONU sur le climat, mais les mesures de sécurité prises à la suite des attentats terroristes du 13 novembre en ont voulu autrement.

"Les responsables politiques font le contraire de ce que l’on attend d’eux, c’est la raison pour laquelle nous défilons", explique Natalie Eggermont, du mouvement Climate Express.

"Nous avons un accord belge insignifiant, qui manque d'ambition, et qui représente un minimum absolu en terme de solidarité internationale. Nous avons pourtant bien trouvé le temps de conclure un accord avec Electrabel. Le choix de l’énergie nucléaire bloque tous les investissements en faveur de l’énergie renouvelable. Nous sommes très déçus de ce que font nos ministres", ajoute Natalie Eggermont.

Six actions visuelles étaient prévues lors de la manifestations pour mettre en avant les exigences des protestataires. Ces derniers demandent aux responsables politiques un accord ambitieux, la fin des gaz à effet de serre, une énergie 100% renouvelable, une solidarité internationale, plus de justice sociale et de démocratie.

Parmi les actions menées sur la plage, on compte notamment une grande chaîne humaine squi visait à souligner l’importance du respect de la Côte dans le combat environnemental. Munis de cloches, de sifflets et de cornes de brumes, les participants ont sonné l'"alarme climatique" pour réveiller les responsables politiques. "Au niveau du climat, le niveau 4 est atteint" a déclaré Natalie Eggermont, en référance au niveau d'alerte terroriste qui a récemment paralysé le pays. 

D'après la police, 10.000 personnes étaient présentes cet après-midi à Ostende. Les organisateurs parlent, eux, de 14.000 manifestants. Ce matin, de nombreux participants ont rejoint la commune balnéaire en transports publics. Sur Twitter, certains se sont plaints de l’absence de trains supplémentaires pour assurer leur déplacement. 

Nicolas Maeterlinck