Enquête belgo-italienne : arrestations pour trafic de drogues

A la suite de perquisitions menées en Belgique et en Allemagne, de l’interception de 300 kilos de cocaïne dans le port d’Amsterdam, dix personnes ont été arrêtées en Belgique dans le cadre d’une enquête relative au commerce international et à grande échelle de stupéfiants. Elle a été menée pendant près d’un an par le parquet et la police judiciaire fédérale du Limbourg et les autorités judiciaires de Bologne (Italie).

"Au départ, il y avait des informations en provenance d'Italie selon lesquelles à deux reprises, lors de leur enquête, une cargaison de cocaïne a été interceptée. La drogue était expédiée via un homme de Maasmechelen, qui était une personne de contact et un fournisseur", expliquait ce samedi Dominique Renotte, porte-parole du parquet du Limbourg.

Cet homme entretenait "des contacts fréquents et intensifs avec une personne de Meise, qui était connue de la justice italienne car elle a été condamnée auparavant en Italie à 26 ans de prison pour son implication dans un trafic international de drogues".

D'autres criminels, connus pour avoir importé de la cocaïne, ont pu être ensuite identifiés. "Un chargement de 300 kilos de cocaïne, que l'on pouvait relier directement à l'organisation criminelle, a été saisi au port d'Amsterdam", détaillait encore le parquet du Limbourg.

Les enquêteurs ont ensuite constaté que des livraisons avaient également été effectuées à une branche allemande de cette organisation basée en Italie. Grâce à la bonne collaboration judiciaire et policière avec l'Allemagne, une enquête y a également été menée. A l'issue de deux opérations, une dizaine de kilos de coke a pu être saisie et cinq personnes arrêtées.

Entretemps, les enquêteurs ont pu localiser l'homme provenant de Meise et l'arrêter dans un hôpital où il avait été admis. Son arrestation a constitué le début d'une série de perquisitions et d'arrestations. Onze personnes ont comparu devant un juge d'instruction, qui a retenu et incarcéré dix d'entre elles. Quelques autres personnes impliquées dans ce trafic sont encore activement recherchées.

Des armes à feu, 70.000 euros en liquide, plusieurs pacsons de cocaïne et des produits de coupe ont notamment été découverts lors des perquisitions.