Le plan d’action pour Molenbeek devient un plan Canal

Bien que l’attention se concentrera encore sur Molenbeek-Saint-Jean, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon a décidé d’inclure d’autres communes bruxelloises et celle de Vilvorde (Brabant flamand) à son plan d’action de lutte contre le terrorisme. Ce dernier prend essentiellement le trafic d’armes et de stupéfiants, mais aussi la fraude au domicile dans son collimateur. Il a été mis sur pied rapidement après les attentats du 13 novembre à Paris, qui ont mis au grand jour des liens avec des suspects ayant résidé dans la commune de Molenbeek.
imago/Haytham Pictures

Le gouvernement fédéral a annoncé qu'il voulait mener des actions dans la commune bruxelloise de Molenbeek qui occupe le devant de la scène médiatique et policière depuis les attentats sanglant de Paris.

"Avec ce plan Molenbeek, je veux m'attaquer à la situation locale en termes de sécurité qui s'est développée au fil des années et qui a un effet de menace au niveau national et international, en lien avec le terrorisme et le radicalisme", a expliqué le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA, photo).

Les services de l'Intérieur se concertent avec la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR), les zones de police locale, la police fédérale, l'Office des étrangers et différents cabinets ministériels, afin d'élaborer ce plan. Cette concertation a cependant montré que l'approche du phénomène ne pouvait se limiter au seul territoire de la commune de Molenbeek mais devait recouvrir une zone plus grande incluant aussi Saint-Gilles, Anderlecht, Laeken (Bruxelles-Ville), Koekelberg, Schaerbeek, Saint-Josse et Vilvorde (en Brabant flamand).

Le député-bourgmestre de Koekelberg, Philippe Pivin (MR), a demandé qu'il soit désormais question du "plan Canal" (les localités citées se situant le long du canal qui traverse Bruxelles) plutôt que du plan Molenbeek, jugé parfois très stigmatisant pour la commune. "Je peux vivre avec ça", a répondu Jan Jambon.

Le plan Canal en est encore à sa phase d’étude, mais le ministre de l’Intérieur espère pouvoir bientôt le présenter. Le but est de s’attaquer de front au radicalisme, mais aussi à la criminalité et l’économie illégale qui y sont liées.