Linkebeek se choisit un nouveau conseil communal

Les habitants de la commune flamande à facilités linguistiques pour les francophones sont retournés aux urnes ce dimanche matin pour élire 13 des 15 élus. Ce scrutin en pleine mandature communale était nécessaire parce que tous les conseillers communaux francophones ont démissionné récemment pour protester contre la nomination d’Eric De Bruycker, membre de l’opposition flamande, comme bourgmestre par la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA).
BELGA/VERGULT

Le vote sur papier auquel étaient invitées à prendre part 3.300 personnes était organisé en deux endroits de la commune de Linkebeek, à l'issue d'une campagne électorale menée dans le calme. Les résultats du scrutin en pleine législature devraient être connus entre 17 et 18h.

Cette élection fait suite à la démission des 13 élus de la majorité francophone, en guise de protestation contre la nomination comme bourgmestre d'Eric De Bruycker (photo), issu de la minorité néerlandophone (deux sièges) à l'initiative de la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans (N-VA). La commune flamande à facilités linguistiques pour les francophones n'avait plus de bourgmestre en titre depuis 2006.

Les candidatures répétées du chef de file francophone Damien Thiéry (Liste du Bourgmestre), qui revendique le respect de la démocratie locale, ont à chaque fois été refusées par les ministres des Affaires Intérieures flamandes qui se sont succédés depuis 2006, pour non-respect de la législation linguistique.

Les treize conseillers pouvaient être élus au sein de deux listes: LB (pour Linkebeek), menée par Damien Thiéry (photo) et La Droite, forte de quatre candidats et emmenée par Pascal Collet, un néophyte en politique.

Nicolas Maeterlinck

Il est d'autant moins question, cette fois, de liste d'union francophone puisque le DéFI (nouveau nom du parti FDF) présidé par Olivier Maingain, sans soutenir La Droite pour autant, a décidé de ne pas soutenir la liste LB pour marquer son désaccord sur ce qu'il considère comme une trop large concession linguistique de la part de la liste emmenée par Damien Thiéry, sur le mode d'envoi des convocations électorales.

La liste flamande Prolink, dont est issu Eric De Bruycker, qui a démissionné trois semaines après le départ des conseillers francophones, ne participe pas au scrutin. Elle avait appelé à voter blanc ce dimanche.

L'envoi des convocations par le bourgmestre démissionnaire s'est fait, d’après lui, "selon le prescrit réglementaire" c'est à dire en néerlandais, sauf pour les habitants qui ont exprimé - avant ou après l'envoi - le souhait de recevoir ce document en français. L'administration communale estime que de 400 à 500 francophones ont demandé une convocation en français.

Interpellations de membres du TAK

Il n'y a pas eu d'incidents sauf, vers midi, un jet de boules puantes dans le bureau numéro 3 de l'Ecole communale, par une dizaine de membres du Taal Aktie Komitee (TAK) qui avait annoncé une action "ludique".

Les militants ont aussitôt été interpellés par la police locale, expulsés des lieux et tenus en respect dans la cour de l'école, par les forces de l'ordre qui ont ensuite maintenu une présence policière renforcée sur place. Damien Thiéry et Eric De Bruycker, s'étaient présentés pour voter vers le milieu de la matinée.

Nicolas Maeterlinck