La banque Dexia victime d’un onéreux piratage

Pendant la crise financière de 2008-2009, la banque belge Dexia - rebaptisée Belfius le 1er mars 2012 - a été victime d’un piratage à grande échelle dont le butin s’élèverait à 1,7 million d’euros. Une banque basée à Riga, capitale de la Lettonie, doit comparaître devant la justice aux côtés des hackers et des commanditaires du vol. L’information rapportée par le quotidien De Standaard a été confirmée par Belfius.

L'organisation dont la banque Dexia a été victime regroupe des criminels russes et ukrainiens. L’une des figures-clé en est le Russe Aleksandr Kalinin, un hacker tristement célèbre. Entre 2005 et 2015, les pirates sont parvenus à entrer dans les systèmes de grandes institutions financières et d’entreprises, comme la bourse américaine Nasdaq. Ils ont ainsi pu voler de grosses sommes d’argent.

Le piratage chez le bancassureur Dexia fut révélé en interne en février 2009, en pleine crise financière. Une banque allemande avait en effet remarqué une transaction suspecte de 300.000 euros depuis le compte d'un client d'affaires de Dexia. Elle était destinée, via la banque allemande, au compte d’un couple d’Ukrainiens auprès de la banque lettone Trasta Komercbanka.

Dexia a alors introduit une plainte auprès du parquet fédéral. On soupçonne que l’organisation criminelle a subtilisé 1,7 million d'euros au total. Etant donné que le juge dispose d'indices selon lesquels la banque basée à Riga était au courant que cet argent avait été acquis de manière illicite, la Chambre du conseil a décidé mardi de faire comparaître l'institution financière lettone devant le tribunal.

Il est extrêmement rare qu'une banque soit jugée pour un piratage dans lequel elle est impliquée. Le procès s'ouvrira dans le courant de l'année prochaine.

AP2002