Fraude dans les soins à domicile et l’imagerie médicale

Le service d’évaluation et de contrôle médicaux de l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) a mis au jour plusieurs cas de fraude dans les secteurs des soins infirmiers à domicile et de l’imagerie médicale. Au total, ce sont près de 6 millions d’euros qui devront être récupérés.

Lors d’un contrôle des chiffres d’affaires pour la période allant du début de 2012 à mai 2015, l’Institut national d’assurance maladie-invalidité a constaté que 62 infirmiers à domicile ont comptabilisé des prestations bien supérieures à ce qui est autorisé.

Il s’agit dans chaque cas d’infirmiers qui gagnent bien leur vie et qui, via la fraude, ont rassemblé annuellement plus de 200.000 euro de recettes. Les infirmiers fraudeurs ont ainsi, par exemple, encaissé pour 7 toilettes par semaine, au lieu des 5 qu’ils ont effectivement faites.

L’Inami appelle donc les patients à garder aussi un contrôle sur la situation. "Nous n’avons que 35 contrôleurs, pour 25.000 infirmiers à domicile", explique le porte-parole Eric Rossignol.

Les contrôleurs de l’Inami ont également découvert que 13 des 105 services d’imagerie médicale du pays facturent 75% des tomographies des rochers qu'ils ont effectués à un tarif trop élevé. Certains hôpitaux ont ainsi systématiquement facturé la plus chère pour l'assurance-maladie. Ce qui a coûté 3 millions d’euros de trop au trésor public.

Douze hôpitaux ont reconnu leur erreur et ont entretemps remboursé 2,8 millions d’euros. Les autres hôpitaux avaient jusqu’à ce 15 décembre pour le faire, sans quoi une procédure judiciaire sera entamée à leur encontre.