Le déséquilibre homme-femme à la fonction publique croit

Un déséquilibre croissant entre hommes et femmes est constaté au sommet de la fonction publique flamande. Plutôt que d’évoluer vers un pourcentage de 40% de femmes dans des fonctions de cadres supérieurs ou moyens, la part de femmes dirigeantes devrait retomber vers 20% d’ici le fin de la législature. C’est ce qu’affirme la fonctionnaire flamande à la Diversité, Alona Lyubayeva, dans les pages du quotidien De Standaard.

La fonctionnaire Alona Lyubayeva réagit à la nomination par le gouvernement flamand, vendredi dernier, de Luc Delrue (photo) à la tête du département Culture, Jeunesse, Sport et Médias. Il remplace ainsi une femme : Christine Claus. Rien d’incorrect en soi, puisque Delrue possède les qualifications nécessaires et était le meilleur de la sélection.

Dans un billet blog, la fonctionnaire flamande souligne cependant que c’est à nouveau un homme qui remplace une haute fonctionnaire. Elle pointe le retour "au vieux déséquilibre".

"Les dirigeants féminins sont remplacés par des hommes, les dirigeants masculins ne sont pas remplacés par des femmes. Les deux sexes diminuent en chiffres absolus" - en raison des fusions et des restructurations de l'administration flamande - "mais seules les femmes voient leur pourcentage baisser", constate Alona Lyubayeva.

Le gouvernement flamand (photo) ambitionnait d'avoir 33% de femmes dans des fonctions de cadres supérieurs ou moyens en 2015, mais pour atteindre ce palier "il devra choisir une femme lors des huit prochaines nominations". "S'il veut atteindre 40%, comme il l'a prévu, le gouvernement devra même poursuivre ses efforts", écrit Mme Lyubayeva. "Il semble qu'on devra déjà être heureux si la part de femmes dirigeantes est de 20% à la fin de cette législature", regrette la fonctionnaire flamande.

Lyubayeva lance un appel aux quatre femmes ministres dans le gouvernement de Geert Bourgeois, afin que Annemie Turtelboom, Liesbeth Homans, Hilde Crevits et Joke Schauvliege attache davantage d’attention au problème croissant de déséquilibre entre hommes et femmes au sein de la fonction publique.