2.000 élèves ont enfin trouvé une place dans une école à Bruxelles

Un échange de données entre les ministres de l’Education flamande Hilde Crevits (CD&V) et francophone Joëlle Milquet (CDH) a permis de constater que la majeure partie des enfants qui n’avaient pas réussi à obtenir une place dans une école primaire néerlandophone bruxelloise ont finalement trouvé une classe. Seuls 18 enfants en âge d’être scolarisés, dont 5 néerlandophones, n’ont toujours pas de place.

Un protocole d'accord entre les Communautés flamande et française, signé au printemps dernier par les ministres Hilde Crevits et Joëlle Milquet, permet pour la première fois d'échanger des données, y compris pour les élèves qui ne sont pas encore en âge scolaire.

Après les inscriptions en ligne en janvier pour l'année scolaire 2015-2016, quelque 2.228 élèves n'avaient pas trouvé de place dans une école primaire néerlandophone à Bruxelles. Quelque 94% ont ensuite fini par trouver une place, dans une école soit néerlandophone (1.428 cas), soit francophone (658). Un petit groupe d’enfants doivent finalement se rendre à l’école en Flandre.

D’autre part, aucune trace n’a été retrouvée de 142 élèves. La plupart d’entre eux sont des enfants qui n’ont pas encore atteint l’âge de l’obligation scolaire. Seuls 18 enfants en âge scolaire n’ont pas encore de place dans une classe. Les raisons sont variées : un départ à l’étranger ou l’option provisoire pour un enseignement privé ou à domicile.

D’après la ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (photo), l’échange de données "permet pour la première fois de savoir où sont allés les écoliers dans l’enseignement de base qui en première instance n’avaient pas trouvé de place dans une école. La plus grosse majorité d’entre eux trouve finalement une place dans une école à Bruxelles. Les informations dont nous disposons ainsi permettent d’avoir une meilleure image des besoins de capacité et des défis à Bruxelles".

"Investir à Bruxelles"

Les écoles néerlandophones à Bruxelles étant bondées, le gouvernement flamand continuera les années prochaines à investir dans des nouvelles capacités d’enseignement dans la capitale.

"L’enseignement néerlandophone à Bruxelles est très populaire, solide et bien développé. Nous continuons à investir pour accroître la capacité d’accueil. L’an dernier, 5 millions d’euros ont été alloués à l’enseignement néerlandophone à Bruxelles, ce qui représentait 864 places".

"En 2015, on a une nouvelle fois investit 7 millions d’euros supplémentaires. Cela représente 619 nouvelles places pour des écoliers", conclut Hilde Crevits.

Reporters