Jaouad Achab reçoit le Joyau du sport flamand

Le taekwondoïste belge d’origine marocaine, qui fréquente une école de sport de haut niveau à Wilrijk, s’est vu décerner le prix de la Communauté flamande récompensant un sportif qui s’est particulièrement illustré sur une même année. Jaouad Achab, qui est champion du monde de taekwondo dans la catégorie des 63 kg, a reçu son prix mardi soir des mains su ministre flamand des Sports, Philippe Muyters.

Âgé de 23 ans, Jaouad Achab a été couronné champion d'Europe en 2014 avant de glaner le titre mondial de taekwondo en mai 2015. Grâce à ses performances, le natif de Tanger - qui vit en Belgique depuis 5 ans et parle entretemps français et néerlandais - a également acquis un ticket pour les Jeux Olympiques de Rio 2016.

Au palmarès du Joyau du sport flamand - un prix décerné par la Communauté flamande à un sportif flamand qui s’est particulièrement illustré sur une même année ou un professionnel mettant fin à une carrière exceptionnelle -, Achab succède au patineur de vitesse Bart Swings et devient le premier taekwondoïste à recevoir ce prix.

"J'ai eu une année fantastique et je suis extrêmement satisfait de ce prix", a réagi Achab. Après s’être entrainé dans un club bruxellois, à son arrivée en Belgique à l’âge de 17 ans, le jeune sportif très prometteur a été découvert par Laurence Rase, qui dirige la discipline de taekwondo à l’école de sport de haut niveau de Wilrijk (région anversoise). Ce qui explique qu’il parle bien le néerlandais.

"Maintenant j’ai tout ce qu’il me faut pour atteindre le sommet. A Anvers je peux m’entrainer dans un environnement professionnel. Je suis vraiment heureux de l’opportunité qui m’est offerte en Flandre et en Belgique. Après chaque tournoi que je gagne, je fais un tour de terrain en portant le drapeau belge".

Passionnés de taekwondo, de mère en fils

"Je fais tout ce que je peux pour être un modèle d’intégration. Tous les Marocains sont loin d’être des terroristes. Je suis Marocain, je suis Belge, je suis musulman et un sportif de haut niveau. Sans la Belgique, je ne serais rien. Je lui suis très reconnaissant". Jaouad Achab (photo) souligne aussi que c’est sa maman qui lui a donné le goût du taekwondo. Enfant, elle aurait tellement voulu en faire elle-même.

"Aujourd’hui, elle est très fière de moi. Parfois, je fais du taekwondo avec elle et elle frappe fort. J’essaie de réaliser son rêve. J’ai toujours rêvé d’être champion du monde et olympique".

L'an prochain, le jeune belgo-marocain veut briller aux Jeux de Rio et peut légitimement espérer une médaille au terme de la compétition. "D'abord, je vais prendre des vacances, ensuite je vais débuter ma préparation. Je compte travailler très dur pour arriver en forme aux Jeux Olympiques. Ensuite, je pense que tout peut arriver".