Tessenderlo et Picanol fusionnent leurs activités

Le groupe chimique Tessenderlo et le constructeur de métiers à tisser Picanol ont décidé de fusionner leurs activités au sein d’un seul groupe industriel. C’est ce qu’ont indiqué les deux entreprises ce mercredi. Picanol Tessenderlo Group sera actif dans plus de 100 pays. La fusion n’aura pas d’impact sur l’emploi actuel.

Avec un chiffre d’affaires d’environ deux milliards d’euros et quelque 7.000 collaborateurs, le nouveau Picanol Tessenderlo Group sera actif dans une centaine de pays. Les deux partenaires annoncent que leur fusion n’aura pas d’impact sur l’emploi actuel.

Concrètement, les activités de Picanol (photo) seront apportées à Tessenderlo. "Le conseil d'administration demandera l'émission de 25.765.286 nouvelles actions au prix de 31,5 euros en échange de cet apport, ce qui valorise Picanol à 811,6 millions d'euros."

L'objectif est de finaliser la transaction d'ici la fin février. Une fois celle-ci aboutie, toutes les activités opérationnelles de Tessenderlo et Picanol seront rassemblées sur une seule entreprise cotée en bourse, à savoir Picanol Tessenderlo Group.

Picanol restera également cotée, désormais en tant que holding sous le nom Picanobel. Elle détiendra 56,96% des actions de Picanol Tessenderlo Group.

Picanol s'était déjà tournée vers la chimie en 2013 en prenant 27,6% des parts de Tessenderlo, guidée par son actionnaire majoritaire et CEO, Luc Tack (photo), également CEO de Tessenderlo.

Le nouveau groupe industriel a reçu ce mercredi les félicitations du ministre-président flamand Geert Bourgeois, qui estime que « des entrepreneurs tels que Luc Tack prouvent que l’industrie a un avenir en Flandre. Le Premier ministre Charles Michel et le ministre fédéral de l’Economie, Kris Peeters, ont également envoyé leurs félicitations, soulignant l’importance de garder et de développer des industries de pointe en Belgique.