Cinq interpellations lors de perquisitions à Bruxelles et Laeken

A la suite d’une perquisition menée dimanche soir dans le quartier de la rue Dansaert au centre de Bruxelles, dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, deux frères et un des leurs amis ont été interpellés, pour être auditionnés. L’action ne serait néanmoins pas liée à la recherche d’un des principaux suspects, Salah Abdeslam, qui est signalé au niveau international. Une autre perquisition, menée ce lundi matin dans la commune de Laeken, a conduit à 2 interpellations.

Dimanche soir, le Parquet fédéral n’a pas fourni de détails sur l’identité des deux frères et leur ami arrêtés à la suite de la perquisition dans la rue de la Clé, à Bruxelles, se bornant à indiquer qu’ils "ont été emmenés pour être auditionnés".

Le porte-parole Eric Van Der Sypt a précisé que l’opération était bien liée à l’enquête sur les attentats perpétrés le 13 novembre à Paris, mais pas à la recherche du principal suspect, le Français Salah Abdeslam (photo) qui résidait à Molenbeek et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

La perquisition a eu lieu dans un bâtiment du quartier Dansaert, rue de la Clé, à deux pas de la Grand-Place de Bruxelles où est installé un marché de Noël, et à la limite entre la commune à forte population immigrée de Molenbeek-Saint-Jean et le centre-ville. Elle a duré environ cinq heures, de 18h à 23h locales.

Des agents des forces spéciales de la police fédérale ont été déployés au cours de l'opération, a ajouté le porte-parole du Parquet. Au total, les autorités belges ont inculpé et écroué déjà huit personnes soupçonnées d'avoir apporté une aide aux auteurs des attentats de Paris, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Nouveau suspect important ?

D’après les journaux du groupe de presse Mediahuis, la perquisition menée dimanche soir aurait visé un nouveau suspect important dans le cadre des attaques perpétrées à Paris. En collaboration avec les services français, la justice belge serait à la recherche d'un homme qui aurait coordonné les attentats depuis la Belgique.

D'après l'enquête, de nombreux contacts téléphoniques ont eu lieu entre la France et la Belgique le soir des attentats. Des messages auraient notamment été envoyés à deux téléphones portables sur le territoire belge. Les enquêteurs cherchent désormais à arrêter la personne qui détenait ces appareils et qui aurait pu coordonner les attaques.

Le suspect recherché ne serait toutefois pas l'un des deux hommes interpellés lors de la perquisition dimanche soir, selon les journaux.

Perquisition aussi à Laeken

Toujours dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, deux personnes ont aussi été interpellées lundi matin à l'issue d'une perquisition menée dans la commune bruxelloise de Laeken.

Le parquet fédéral n'a, à ce stade, pas confirmé la découverte d'armes ou d'explosifs lors des perquisitions menées dimanche soir et lundi matin à Bruxelles et Laeken.

Le juge d'instruction décidera de leur détention éventuelle dans le courant de la journée.