La Belgique aide des chrétiens à fuir la Syrie

Dans le plus grand secret, notre pays a aidé 37 chrétiens provenant de la région d’al-Hasakah (au nord de la Syrie) à rejoindre le territoire belge. Il s’agit de familles et de personnes âgées, qui ont fait au préalable l’objet d’un screening. L’information rapportée par les quotidiens De Morgen et Het Laatste Nieuws a été confirmée par le cabinet du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Théo Francken (N-VA). Ce n’est pas la première opération secrète de ce genre.

L’opération secrète a été lancée par l’église syrienne orthodoxe. Les 37 chrétiens ont aussi été aidés par des organisations religieuses locales à fuir la région d’al-Hasakah - où les chrétiens sont poursuivis par l’Etat islamique - via Damas, la capitale syrienne, et à se rendre au Liban.

Une fois arrivées sur le territoire libanais, ces personnes ont fait l'objet d'un screening par les autorités belges et ont obtenu un visa à l'ambassade. Elles ont pu poursuivre leur voyage vers la Belgique à leurs frais, et ensuite introduire une demande d'asile.

Une partie des 37 réfugiés sont accueillis par la communauté syrienne-chrétienne en Belgique. Le reste séjourne dans des centres pour demandeurs d’asile.

"Un groupe extrêmement vulnérable"

"Nous ne mettons pas l’accent sur la religion", souligne le cabinet du Secrétaire d’Etat Theo Francken (photo). "Chaque mois, il y a jusqu’à 5.000 demandes d’asile en Belgique et nous ne faisons pas la différence à ce niveau. Mais nous voyons que certaines minorités, comme les Yézidis et les chrétiens, ne parviennent que rarement jusqu’à Bruxelles".

"Il s’agit d’un groupe extrêmement vulnérable, qui court un danger parce qu’il appartient à une minorité. Nous voulons donc le soutenir", précise la porte-parole Katrien Jansseune.

Une opération du même type avait déjà eu lieu cet été et permis à 244 chrétiens d'Alep de rejoindre la Belgique. D’autres actions de ce genre sont-elles encore prévues ? "Nous ne pouvons pas anticiper à ce sujet", répond le cabinet de Francken.