Les conducteurs roulant au diesel paieront plus cher, dès l'an prochain

Dès l’an prochain, les consommateurs qui achètent une voiture roulant au diesel payeront beaucoup plus cher qu’aujourd’hui pour l’utilisation de leur véhicule. Selon l’organisation de mobilité VAB, rouler avec une nouvelle voiture diesel coûtera en moyenne 2.000 euros de plus, suite à l’augmentation des taxes et surtout la hausse des accises sur le diesel.

Dès le 1er janvier prochain, la taxe de roulage et la taxe de mise en circulation vont augmenter alors que les véhicules moins polluant roulant à l’essence bénéficieront au contraire d’une réduction.

Pour Maarten Matienko du VAB : "Si l’on considère le parc automobile des voitures familiales moyennes, le conducteur d’une voiture roulant au diesel - qui change de véhicule en moyenne tous les huit ans - devra débourser, en moyenne, 2.000 euros de plus, suite à toutes les sortes de taxes qui seront prélevées. Et ce, alors que le conducteur d’une voiture roulant à l’essence bénéficiera d’une réduction de 1.000 euros, c’est une grande différence."

Le plus grand impact pour le conducteur roulant au diesel se fera toutefois sentir à la pompe. "Les prix à la pompe vont augmenter progressivement et fin 2018 le prix du diesel sera aussi élevé que celui de l’essence. Le diesel sera même plus cher à certains moments. Pour une voiture familiale moyenne cela signifie que pour 10.000 km parcourus, il faudra débourser 100 euros de plus par rapport à ce que l’on paie actuellement.

Si les taxes augmentent aussi pour les véhicules diesel plus polluants ce n’est pas pour cela que les consommateurs achèteront plus rapidement un véhicule plus écologique. Le VAB se base sur sa propre enquête réalisée en Flandre. "La réforme flamande de la fiscalité automobile risque bien de passer à côté de son but écologique et de devenir une simple hausse des impôts.

Les différences de tarifs ne sont pas assez importantes pour influencer le choix du consommateur. Par ailleurs, il y a aussi des contradiction dans la réforme de la fiscalité" estime le VAB.

Alors qu’en Flandre, la réforme de la taxe de mise en circulation décourage les consommateurs à investir dans un véhicule diesel récent et moins polluant, d’une classe Euro pourtant supérieure, la taxe annuelle de circulation récompense les acheteurs de ce même type de véhicule récent.

Pour le VAB, ce n’est donc pas la réforme de la fiscalité automobile qui va pousser les automobilistes à acheter un véhicule essence mais bien le prix à la pompe.